Photo.par.Cedric.Roulliat.Pave.Orsay.jpg

L'humanité entre en scène! 

Interview en exclusivité pour l'édition spéciale 

Visionnaires du 21ème siècle

avec 

Thierry Harcourt 

by Ingrid Vaileanu and Florin Paun  

Interview Francophone : Comment peut-on résumer votre personnalité et carrière professionnelle 

 

Thierry Harcourt : J ‘ai toujours su que je voulais être comédien et/ou être dans le milieu artistique, et à Paris j’ai suivi des cours de théâtre avant de m’embarquer dans la voie compliquée de ce métier en faisant beaucoup de boulots différents mais toujours autour du milieu artistique . Puis je suis parti vivre à Londres où j’ai vraiment travaillé en tant qu’acteur et un jour on m’a demandé de faire une mise en scène, j’ai eu un véritable coup de foudre , défendre un texte, raconter une histoire et diriger des comédiens vers un résultat est un privilège et une aventure merveilleuse. De fil en aiguille j’ai fais plus d’une cinquantaine de mises en scène à travers le monde. 

 

Interview Francophone : Quelle est la place dans vos choix professionnels de cette pièce dédiée au Mattiew Shepard et comment avez-vous décidé et réussi à la mettre en scène? 

 

Thierry Harcourt : J’avais eu la chance de travailler sur un autre texte de Moises Kaufman l’auteur de The Laramie Project, l’histoire de Mathew Shepard , et aime la façon dont l’histoire est racontée, j’ai proposé de faire cette lecture publique travaillée à The Big Funk Company car je trouve la pièce primordiale et importante, j’ai pu ainsi réunir des acteurs de haut vol et travailler avec eux, ce qui me semblait important était l’humanité et d’en faire ressortir toutes ses ramifications. Une histoire de haine qui atteint tant de gens par ses répercutions qui peut aussi se transformer en message d’amour. 

 

Interview Francophone : Quelle est votre plus inspirante expérience dans la vie professionnelle et quels projets pour le futur?

 

Thierry Harcourt :  J’ai toujours vu le théâtre comme un acte politique même lorsque la pièce est légère, la volonté de divertir est noble et forte et je prends ça très au sérieux. J’ai le souvenir d’avoir à Londres une première d’un spectacle le 11 septembre 2001 jour des attentats à New York et de penser notre devoir est de jouer s’il n’y a même qu’une seule personne qui a besoin de penser à autre chose, donner de la couleur à un monde qui peut parfois sembler monochrome. J’ai plusieurs projets en cours, des créations sur les relations fraternelles , une pièce sur la bipolarité et un seul en scène des grands Discours de notre temps mais aussi une pièce de Pagnol, Nais qui parle à sa manière du handicap.

 

Interview Francophone : Quel conseil ou souhait pour les générations du 21e siecle? 

 

Thierry Harcourt : Le seul conseil ou souhait est cette phrase que j’aime plus que tout « Attention must be paid » Ne pas se laisser guider par une pensée collective mais rester ouvert aux émotions aux réflexions et donc aux autres. Ne pas s’enfermer dans un monde de plus en plus virtuel.

 

 

Interview Francophone : Comment peut l'art contribuer à l'évolution de l'humanité surtout face à des sentiments de HAINE actuels renforcés par les crises multiformes? 

 

Thierry Harcourt : Le théâtre à mon avis sera toujours le palliatif idéal à la haine, l’art en général questionne et apaise , il permet de ne pas toujours comprendre par des moyens intellectuels mais émotionnels et donc de se former une vue du monde plus généreuse et ouverte à l’autre .