"Dites adieu à LinkedIn et Rejoignez jollyclick" 

 

Interview en exclusivité avec

Christopher des Fontaines

Fondateur de

jollyclick

by Ingrid Vaileanu 

Photo: jolliclick (Christopher des Fontaines à droite)

 

Interview Francophone : Comment résumer votre innovation et quels projets de développement comme LICORNE EUROPEEN du 21e siècle ?

 

Christopher des Fontaines : Le monde du travail connait des changements sans précédent. La robotisation de l’économie mondiale détruit le travail à recevoir mais libère le travail à créer (cf. Boeing). Aujourd’hui, de plus en plus d’employés deviennent freelances, entrepreneurs, intrapreneurs, bénévoles et indépendants. Les jobs sont morts, vivent les projets.

 

Pourtant, la société n’a pas été faite pour ces nouvelles populations de travailleurs. LinkedIn est le seul réseau social professionnel sur le marché et on y parle encore de CV, de lettre de motivation, de qualifications et d’heures supplémentaires. Il est temps de passer à une nouvelle culture du travail où chacun fait ce qu’il aime. 

 

C’est le défi auquel s’est attaqué jollyclick en créant son réseau social dédié au nouveau monde du travail. La plateforme est gratuite et fédère une communauté de nouveaux travailleurs qui ne se sentent pas concernés par la relation employeur-employé. Chacun se conseille, s’entraide, s’inspire et s’organise autour de valeurs, d’objectifs et de problèmes partagés. 

 

L’innovation de jollyclick se décline de trois façons. La plateforme veut d’abord réinventer le CV du talent en valorisant la personnalité, les savoir-être, les savoir-faire et les engagements de chaque personne. L’autre innovation consiste à transformer les offres d’emploi en projetset à référencer tous les types de projets (idée, album de musique, start-up, club de football, école alternative, association, action de ramassage de déchets, mission interne d’un grand groupe etc.). Enfin la startup mise sur la recherche scientifique à long-terme et veut automatiser le recrutement en développant un algorithme de matching qui sache mettre en relation les projets et les talentsde la plateforme, instantanément.Nous sommes convaincus d’avoir créé les bases pour une véritable plateformisation de l’économie des projets.

 

Interview Francophone : Quels ont été les partenaires de l'accélération de Jollyclick et comment le modelé français d'innovation peut inspirer les générations européennes de l'innovation disruptive au service de l'humanité ?

 

Christopher des Fontaines : Le Pôle Lozérien de l’Economie Numérique (PoLEN) ainsi que l’Agence de Développement de la Région Occitanie (AD’OCC) sont aux fondements du soutien stratégique, financier et économique de la société, sans oublier la CCI et Bpifrance qui dans un deuxième temps sont venus en renfort massif, et ce grâce à des fonds en provenance de la France et de l’UE. En effet, jollyclick n’aurait pas été à ce stade d’avancement dans son développement si cela n’avait pas été pour la vision long-termiste et l’engagement concret des acteurs publics au service de l’innovation sociale et technologique. Nous partageons un même objectif : créer de l’emploi viable et pérenne, qui plus est en Lozère (département le moins peuplé de France). A l’échelle européenne, nous avons des ressources et des opportunités gigantesques mais qui ne pourront pas être exploités si l’on n’accélère pas la coopération transfrontalière. Les soutiens financiers à l’internationalisation de son activité par la région Occitanie, la CCI et Business France s’inscrivent dans une approche qui considère l’UE comme un véritable marché unique sans frontières. Pour créer des licornes, il faut de grands espaces de jeu et d’expérimentation. Nous avons les moyens d’en créer en Europe.

 

Interview Francophone : Quelle est votre meilleure expérience de collaboration pour le succès de cette innovation ? Quels impacts positifs ses propres parties prenantes et territoires ?

 

Christopher des Fontaines : Nous sommes actuellement en phase d’étude et de conception avec l’Afev (Association pour la fondation étudiante de la ville), premier réseau d'étudiants solidaires intervenant dans les quartiers populaires pour lutter contre les inégalités. Notre collaboration porte sur la numérisation de leur communauté d’alumni grâce à une solution en SaaS développée par jollyclick et qui leur permettront de rassembler et d’animer leurs bénévoles. Le manque de traçabilité de leurs membres et de visibilité de leurs actions posent de nombreux problèmes aujourd’hui pour l’Afev. Par son réseau social gratuit et son offre SaaS aux professionnels, jollyclick entend résoudre des problèmes qui touchent à toutes les organisations : mobilité / communication interne pas fluide, baisse d’engagement, difficultés de recrutement, mauvaise visibilité des projets et des ressources en interne, etc.

 

Interview Francophone : Quel conseil pour les innovateurs européens ?

 

Christopher des Fontaines : Dites adieu à LinkedIn ! Rejoignez jollyclick, le premier réseau social pour entrepreneurs, freelances et projets innovants.

 

Interview Francophone :  Quels sont les meilleurs dispositifs qui ont permis la croissance et le succès de votre innovation et comment envisagerez-vous des solutions et dispositifs encore plus efficaces pour l'émergence des innovations disruptives françaises au service des territoires, des villes du 21e siècle ?

 

Christopher des Fontaines : Contrat innovation, Contrat expertise, Start’Occ, Pass Export et Contrat Export de la région Occitanie. Bourse French Tech, PIA et prêt d’amorçage de Bpifrance. Co-financement de thèse par l’ANRT si vous faites de la recherche scientifique. Programme d’aide Horizon 2020 de la Commission européenne. Tous ces dispositifs (et il y en a plein d’autres dépendant de votre secteur d’activité et de votre spécificité) sont utiles mais mériteraient dans les prochaines années d’être fluidifiées. Les procédures d’obtention des aides sont parfois trop rigides et pas adaptées aux cycles de vie rapides d’une start-up ou d’une scale-up dont la trésorerie est courte. Pour une start-up, un trimestre n’est pas le quart d’une année mais le quart de sa vie parfois.