PappyHappy, une réussite !

 

Interview avec

Joachim Tavares

le fondateur de Papyhappy

by Ingrid Vaileanu 

Interview Francophone : Pourriez-vous présenter l’entreprise Papyhappy ?

 

Joachim Tavares : Papyhappy a été créée en 2016 pour apporter une réponse honnête, claire et bienveillante aux personnes âgées en quête d’un logement. Notre objectif est d’aider les seniors et leur entourage à trouver la résidence correspondant à leurs besoins. Papyhappy porte une grande attention à l’écoute et aux besoins exprimés par nos aînés. Nous sommes indépendants et nous souhaitons donner une nouvelle image du logement senior.

1) Papyhappy c’est une plateforme collaborative et comparative qui référence TOUS les hébergements pour seniors. Les internautes peuvent librement consulter les avis des usagers et contribuer eux aussi en partageant leur expérience.

2) Papyhappy propose également d’accompagner les seniors et leur famille dans la recherche d’un logement senior. Allant de la simple information sur les solutions possibles à la coordination du déménagement en passant par la recherche, les visites, l’aide administrative, et un soutien moral, 4 formules d’accompagnement ont été développées pour répondre au mieux aux besoins des personnes en quête d’un nouveau lieu de vie.

Plus de détails sur le contenu des formules d’accompagnement : https://www.papyhappy.fr/je-veux-etre-accompagne

3) Enfin, Papyhappy visite les logements seniors en client mystère. L’anonymat permet de garantir neutralité et objectivité lors des visites. De cette manière, l’accueil réservé aux experts est semblable à celui donné aux familles et aux seniors. Les avis récoltés en client mystère, sont gratuitement mis à disposition des internautes sur le site internet Papyhappy. Ils permettent d’obtenir un premier degré d’information et de réaliser un premier choix.

Quelles innovations proposez-vous sur votre site ? En quoi est-il innovant ?

 

Avec plus de 10 000 établissements référencés en France et plus de 5 000 en Espagne, la plateforme est à la 1ère à proposer une vision transversale de l’habitat senior dans deux pays européens. Sans changer de site internet, il est possible pour l’utilisateur de rechercher des résidences en Espagne depuis la France. Avec le déploiement de la start-up à Saragosse, Papyhappy devient la première entreprise capable d’accompagner une personne résidant en France à trouver un logement adapté en Espagne et vice versa.

 

 

Interview Francophone :Quelle est votre meilleure expérience / meilleur moment au cours du développement de votre entreprise ? Meilleurs souvenirs ?

 

Joachim Tavares : Notre meilleur souvenir c’est lorsque nous avons regroupé l’ensemble des collaborateurs de l’entreprise à l’occasion d’un séminaire. Ces moments sont très fédérateurs et essentiels pour nous, Ils permettent de développer une cohésion très forte entre les membres de l’équipe et les collaborateurs terrain.

S’exporter en dehors de nos frontières était un véritable défi technique et humain. Après plusieurs mois de travail, le lancement de papyhappy.es a été un des moments les plus forts de l’entreprise.

Les très bons moments, c’est aussi quand un client que nous avons accompagné dans sa recherche nous remercie pour notre travail et notre soutien. On se dit alors qu’on a rempli toute notre mission, sur un plan matériel mais aussi humain.

 

Interview Francophone : Quels conseils donneriez-vous à vos clients ?

 

Joachim Tavares : Nous préconisons régulièrement à nos clients de ne pas attendre les premiers signes de perte d’autonomie pour faire leurs recherches et ce, pour plusieurs raisons :

1) Prendre le temps de réfléchir et se poser les bonnes questions.

2) Mieux appréhender le changement de domicile pour s’adapter plus vite à son futur lieu de vie.

3) Certains établissements sont complets, il n’est pas rare d’être sur liste d’attente et de devoir attendre plusieurs mois avant qu’une place se libère.

4) Les habitations sont généralement inadaptées à la perte d’autonomie des personnes âgées, et s’y déplacer lorsque l’on commence à perdre son autonomie peut être une source de chute, de blessure et d’angoisse.

 

Interview Francophone : Quels sont vos projets de développement à l’international et faites vous appel à des structures extérieures ?

Joachim Tavares : Non nous ne faisons pas appel à des structures extérieures.

Notre prochain objectif est de déployer l’entreprise dans les pays limitrophes. Après l’Espagne en 2019 nous avons comme projet de développer Papyhappy en Suisse courant 2020.

Note: 

Créée en 2016, Papyhappy est la première plateforme du logement senior multi-pays. L'entreprise développe un outil de recherche qui offre une réponse toujours plus simple aux seniors et aidants. Cet outil d'aide à la décision facilite l'accès à l'information et redonne le choix aux seniors et à leurs familles. Papyhappy développe également un accompagnement personnalisé, du choix du logement au déménagement. 

Le nombre de personnes âgées de plus de 60 ans passera de 15 millions à 20 millions en 2030. Les plus de 85 ans au nombre de 1,4 million passeront à 5 millions en 2060 ! La question du logement senior est un enjeu primordial. 

 

Pourquoi une personne âgée décide-t-elle de s'installer dans une maison de retraite ou d'emménager en résidence services seniors ? Quelles en sont les raisons ? Pour répondre à ces questions et pour analyser l'attractivité des logements seniors Papyhappy a réalisé une étude avec le Pôle de gérontologie et d'innovation (PGI) Bourgogne-Franche-Comté. A travers cette étude, Papyhappy souhaite mettre un coup de projecteur sur les logements seniors et la perception qu'en ont les Français en 2019. 

 

Le rôle de la famille :  65% des Français recherchent des logements seniors sur Internet

Les entretiens menés dans le cadre de cette étude auprès des résidents français soulignent les points de dissonance et de concordance entre les générations. Les personnes âgées sont rarement seules à prendre la décision de quitter leur logement. Elles sont souvent entourées et conseillées par des proches ou des professionnels de santé. Cet accompagnement se manifeste sous différentes formes : soutien moral (72%), l'aide au choix de la résidence (64%), l'aide administrative (61%), la participation au déménagement (60%) et le soutien financier (19%).

 

Une fois que la décision a été prise d'opter pour une résidence pour accueillir une personne âgée, des questions se posent quant à l'hébergement et au type de résidence le plus approprié. Selon l'étude de Papyhappy, 65% des familles effectuent des recherches sur Internet (comparateurs de résidences, portails, etc.) pour connaître les résidences. 44 % consultent un professionnel de la santé (travailleur social, médecin de famille), 37 % sont informés lors d'événements, de foires ou de conférences, 33 % communiquent avec les services régionaux ou municipaux et 28 % demandent conseil à des amis et connaissances.

 

40% des membres de famille se sentent coupables  

Dans cette étude Papyhappy analyse ce que les parents ou les compagnons ressentent à l'emménagement de leur parent dans une résidence. Plus de 40% des enquêtés ont ressenti un sentiment de culpabilité, 38% de regret, et 26 % ressentaient du stress, c'est-à-dire de l'anxiété permanente à ce stade. Cependant, 31 % des proches ont vécu ce changement avec soulagement. Le rôle de l'aidant naturel peut parfois représenter un fardeau pour le conjoint ou les enfants.

 

Malgré la favorisation du maintien à domicile, l'emménagement en logement senior est parfois une nécessité. L'étude démontre une faible anticipation de la perte d'autonomie et des solutions envisagées. La résidence services seniors (RSS) est un mode d'habitat privilégié et attractif pour les seniors. Les alternatives aux structures « classiques » sont encore largement méconnues.

 

Les résidences seniors ont le vent en poupe.

La RSS est perçue à 63 % comme un logement positif et ce pour toutes classes d'âge et catégories socio-professionnelles. Les RSS répondent à des besoins de sécurité, de liberté, de prestations de services, et de sociabilité. 56 % des personnes interrogées envisageraient de vivre en RSS contre seulement 16 % en EHPAD. L'étude montre que les différentes typologies de structures adaptées aux personnes âgées restent encore assez méconnues aux yeux de la population, puisque 50% des Français ne connaissent pas d'alternatives aux EHPAD et aux RSS qui sont notables avec respectivement 85% et 74%. 80% des personnes âgées vivant en hébergement collectif se trouvent en EHPAD. C'est donc le premier lieu d'accueil collectif pour ce public.