CONVERGENCES

 pour un meilleur 21e siècle

 

 

 

Interview en exclusivité pour l'édition spéciale 

Visionnaires du 21ème siècle

avec 

Thibault Larose

Directeur Général, CONVERGENCES 

by Ingrid Vaileanu 

Interview Francophone : Comment résumer les activités et les objectifs de Convergences et quels projets futurs  en Europe ?

Thibault Larose : Il est important, je pense, de vous répondre en vous décrivant d’abord notre ADN, le cœur vibrant de nos actions qui est de promouvoir et de co-construire un monde 3Zero « Zéro Exclusion, Zéro Carbone, Zéro Pauvreté ». Nous croyons sincèrement que pour réduire la pauvreté, lutter contre l’exclusion et le changement climatique, une mobilisation globale et concertée de tous les acteurs est indispensable. 

Convergences est une plateforme de réflexion et d’action qui a donc pour vocation de rassembler acteurs privés, publics, de la société civile, des médias et du monde académique autour de problématiques communes par lesquelles passent ce monde 3Zero, celles des Objectifs de développement durable. 

Concrètement, nous organisons des espaces de rencontre et de dialogue en France, en Europe et dans le monde avec pour but de décloisonner ces différents secteurs, de mettre à la table des discussions des personnes n’ayant pas l’habitude de travailler ensemble, et ce faisant de favoriser la création de partenariats en faveur d’un monde plus équitable et durable.

Cela prend la forme de Forums que nous organisons à Paris tous les ans, et dans différents pays : en Tunisie, au Myanmar, en Colombie ou encore aux Philippines… Nous avons également des activités d’appui aux partenariats, à travers les Prix Convergences, de valorisation de l’expertise, à travers nos Baromètres, ou encore de prospective à travers nos projets autour de la jeunesse – Youth We Can ! – et du numérique – Lab Laboo.

Pour revenir sur nos projets en Europe, Convergences va connaitre plusieurs temps forts au cours des prochains mois. Notre premier Forum en Europe, en dehors de celui de Paris, aura lieu en Grèce les 1eret 2 avril prochains, avec un focus sur la question des villes et territoires durables. Nous serons ensuite co-organisateurs d’un « hub » sur les sciences et technologies au service du bien commun au sein de la 1èreédition européenne Sustainable Brands, un évènement leader dans le domaine de l’engagement des marques et de la création de valeur durable pour les entreprises. Enfin, nous nous intéressons de près à l’organisation des prochaines Journées européennes du développement.

Interview Francophone : Quels ont été les partenaires de l'accélération de vos projets et comment le modèle français d'innovation peut-il inspirer les générations européennes de l'innovation disruptive ?

Thibault Larose : Convergences s’appuie depuis ses débuts sur un réseau fort de partenaires issus de tous les secteurs. Certains ont été et sont encore structurants dans notre fonctionnement, d’autres sont des compagnons de route de longue date. Surtout, c’est tout un écosystème, sans cesse en construction, que nous mobilisons de façon collaborative. Cela nous permet d’identifier sans cesse de nouvelles idées et d’innover. C’est sur cette agilité que nous nous appuyons dans nos activités à l’étranger pour partager notre méthode de co-construction avec des acteurs de la société civile et construire dans chaque région des partenariats structurants.

Le modèle de Convergences n’a bien sûr pas la prétention d’incarner à lui seul un « modèle » français même si l’appellation grandissante de « Social Valley » en comparaison à la Silicon Valley américaine nous pousse de l’avant ! Nous constatons qu’au-delà d’un modèle français, c’est un modèle européen qui se différencie aujourd’hui et est source d’inspiration et de leadership. C’est par exemple le cas autour de l’innovation digitale. Face au modèle américain des GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft) gourmand en utilisation de données personnelles, ou à un modèle asiatique, davantage basé sur un contrôle d’Etat, des européens inventent un numérique plus solidaire, éthique, durable. En France ce sont par exemple des entreprises et associations comme Simplon ou HelloAsso qui sont le fer de lance de ce mouvement à travers le réseau FEST (France Eco Sociale Tech). En dehors du secteur digital, c’est aussi sur une dimension responsable et durable que pourront se différencier les entreprises françaises et européennes, loin d’une course aux prix bas et d’une innovation de surface qui ne prend pas en compte ses externalités négatives.

 

Interview Francophone : Quelle est votre meilleure expérience de collaboration pour le succès des innovations françaises ? Quels impacts positifs sur les propres parties prenantes et leurs territoires ?

Thibault Larose : Convergences est de longue date le témoin privilégié de collaborations réussies, qui ont donné lieu avec succès à des innovations à fort impact social et environnemental. C’est par exemple le cas au travers des Prix Convergences. Parmi ces collaborations innovantes en France, nous avons par exemple récompensé des projets comme LemonAide, une joint-venture entre Lemon Tri, une entreprise de tri des déchets, FACE, une fondation reconnue d’utilité publique, et Danone, entreprise agroalimentaire bien connue, qui ont allié leurs forces pour créer une entreprise d’insertion avec un impact positif sur l’environnement. 

Toujours à travers les Prix Convergences, nous avons récompensé le CentSept, un tiers lieu lyonnais qui connecte tous les acteurs du territoire pour en identifier les besoins sociaux et environnementaux, leur trouver des réponses collectives et accompagner les porteurs de solutions. Cela montre bien que c’est au cœur des territoires, en ayant une approche collaborative et en incluant toutes les parties prenantes que l’on peut faire naitre des innovations socialement utiles et responsables sur le plan environnemental. 

Interview Francophone : Quels sont vos objectifs en 5 à 10 ans et comment soutenir et inspirer les générations des innovateurs français et internationaux ? 

Thibault Larose : On pourrait résumer notre approche de la façon suivante : pour inspirer, donnons à voir des initiatives qui ont fait leurs preuves, valorisons des solutions qui marchent. Pour accompagner et soutenir les innovateurs, travaillons directement avec eux pour identifier les outils pratiques dont ils ont besoin et co-construire des ressources qui seront utiles à tous. C’est par exemple ce que nous faisons à travers nos groupes de travail, qui ont permis de réaliser plusieurs outils à la finalité très opérationnelle – boussole de la mesure d’impact social, cartographie des acteurs de la finance for good, etc. – outils qui permettent aux acteurs du changement de s’orienter à chaque étape de leur projet.

Pour les années à venir, nous souhaitons permettre la diffusion de ces outils à plus grande échelle et renforcer ce travail de co-création et de dialogue multi-acteur, en France bien sûr, mais aussi dans les pays où Convergences se développe actuellement. Il s’agit de partager nos méthodes et nos outils en les adaptant aux besoins propres à chaque pays ou région. Il s’agit également de repérer l’innovation où qu’elle se trouve et permettre à des innovateurs de tous les continents d’avoir un espace de dialogue et d’échange. Les bonnes idées et les bonnes pratiques ne se trouvent pas qu’en France et en Europe, et pour atteindre les Objectifs de développement durable à l’horizon 2030, il est important de partager des expériences nées dans des contextes différents, et dont tous peuvent s’inspirer pour inventer ce monde 3Zéro qui vient « Zéro Exclusion, Zéro Carbone, Zéro Pauvreté » !

 

Interview Francophone : Quel conseil pour les entrepreneurs français et européens ?

Thibault Larose : Intéressez-vous aux nouveaux modèles économiques ! L’économie se transforme et en particulier l’Economie Sociale et Solidaire. Les statuts juridiques se facilitent, les partenariats multi-acteurs se modélisent, ils deviennent hybrides, le portage de projets devient moins risqué, les investisseurs sont prêts à investir, notamment dans des contrats à impact social. Cette tendance se confirme en France mais également au niveau Européen et au-delà ! 

A ce sujet, Convergences a récemment publié le 7eBaromètre de l’entrepreneuriat social. C’est une mine d’informations. Ce que nous mettons en évidence dans cette publication, c’est la nécessité pour les entrepreneurs sociaux de travailler en réseaux et d’utiliser toutes les ressources mises à leur disposition dans leur écosystème. Cela veut dire se rapprocher des structures d’accompagnement publiques et privées, nouer des partenariats avec les grands groupes, ou encore travailler avec les collectivités à une commande publique plus responsable. Il s’agit une fois encore d’avoir une approche systémique, multi-acteur, pour faire changer positivement et collectivement la façon dont on conçoit l’économie et le monde des affaires.