WeDressFair

pour une meilleure mode

 

Interview en exclusivité pour l'édition spéciale 

Visionnaires du 21ème siècle

avec 

Marie Nguyen 

fondatrice, WeDressFair

by Ingrid Vaileanu and Florin Paun  

Interview Francophone : Comment identifier et lutter contre les impacts négatifs du modèle actuel de la mode?

Marie Nguyen : Les impacts de l'industrie de la mode sont multiples mais peuvent se réunir par des impacts sur l'environnement et sur les Hommes.

En effet, la fabrication des matières utilisées, les procédés de transformation, de teinture, etc... sont des procédés qui ont été longtemps fait de façon écologique mais l'accélération de la consommation et l'abaissement des prix, ont conduit à l'utilisation de produits chimiques souvent toxiques qui accélèrent ces procédés sans forcément prendre en compte le coût environnemental qui en découle. L'exemple du cuir est parlant. Dans le temps, le cuir était tanné (transformation qui conduit à un assouplissement du cuir pour mieux le travailler et le rend imputrescible) grâce à des écorces de bois. Ce procédé pouvait prendre plusieurs semaines voir plusieurs mois. Aujourd'hui, on tanne les cuirs au chrome, sans toujours faire très attention à sa propagation. Or le chrome se révèle être dangereux pour l'environnement quand il est dissous dans l'eau des rivières et il peut également se révéler cancérigène pour les personnes qui le manipulent. Mais le procédé est sensiblement plus rapide car il ne nécessite que quelques jours voir 24h pour sa transformation.

Les impacts sur l'Homme ne sont plus à présenter. Les différents scandales sur le travail des enfants avec Nike dans les années 90 et l'effondrement du Rana Plaza en 2013, faisant plus de 1135 morts dans un bâtiment abritant des couturiers/couturières de grandes marques connues (Mango, Primark, C&A, Auchan, Benetton ou encore Walmart) ont mis la lumière sur le revers de nos vêtements à bas prix. Mauvaises conditions de travail, droit limité à former des syndicats, salaires extrêmement bas, la liste est longue. 

Pour lutter contre ces impacts, la première chose est de s'informer.

Quelles sont les matières plus écologiques ? D'où vient mon vêtement ? Comment a-t-il était fait ?

Pour cela on peut s'appuyer sur des labels fiables comme GOTS pour les fibres biologiques ou des certifications pour le côté social (SA8000, Fair Wear Foundation, WFTO, Max Havelar et bien d'autres).

Et privilégier les marques qui se sont construites autour de ces valeurs de respect du travail et du savoir-faire des Hommes mais aussi sur le respect de l'environnement.

 

Interview Francophone : Quel est le rôle et l'ambition de We Dress Fair?

Marie Nguyen : WeDressFair a deux missions : mettre en avant et proposer à la vente des vêtements de marques strictement sélectionnées pour leurs engagements à respecter le travail des Hommes et l'environnement, mais également permettre à chacun de pouvoir s'informer sur les problématiques actuelles de l'industrie textile.

Notre ambition est de faire de la mode dite "éthique" une norme pour demain.

 

Interview Francophone : Comment soutenir les consommateurs qui veulent soutenir un modele de la mode avec plus d'impacts positifs - sociaux et environnementaux ?

Marie Nguyen : Avec WeDressFair nous essayons de mettre en place des ouvertures privées de notre boutique pour présenter des nouveautés exclusivement à ces consommateurs pionniers qui soutiennent le modèle d'une mode plus juste. Au delà de cela, nous mettons en place des partenariats pour permettre à chaque personne désireuse de partager du contenu sur les problématiques de l'industrie textile de pouvoir le mettre en place facilement et d'avoir accès à nos contenus.

 

Interview Francophone : Quelle est votre meilleure expérience dans cette lutte pour une mode à impacts sociaux positifs ?

Marie Nguyen : Nous voyons de plus en plus que les gens se sentent concernés par ces problématiques. Pour preuve nous avons organisé la semaine passée des événements concernant "la réalité des emplois au Bangladesh" et une exposition d'affiches détournées pour mettre en avant les problématiques de l'industrie textile. Près de 40 personnes sont venues voir notre conférence et près de 200 personnes sont venues à l'exposition. Au delà de cela, nous voyons également que les grands acteurs pour une mode plus juste se mobilisent à nos côtés et cela est une grande fierté pour nous. Ainsi, nous accueillerons en Septembre Nayla adjanohoun, la fondatrice du collectif éthique sur l'étiquette qui nous parlera notamment de son engagement sur cette problématique et des actions à mettre en place en tant que citoyen pour faire changer la mode durablement.

 

Interview Francophone : Quel est votre conseil pour les acteurs européen de la mode ?

Marie Nguyen : La mode ne peut plus de priver de se questionner sur les impacts sociaux et environnementaux qu'elle engendre. Mais ces questionnements doivent aller plus loin. Est-il possible d'allier business model basé sur la vente de vêtements en masse à bas prix et le respect de l'environnement ? Est-il possible d'allier business model basé sur la vente de vêtements en masse à bas prix et le respect des conditions de travail ?

Doit-on bâtir un nouveau modele de mode où ces questions seraient centrales ?