Chaire Transnum 

Thales,

ENSTA Bretagne et

ISEN Yncréa Ouest

créent une chaire de recherche dédiée aux systèmes d’observation marins autonomes

by Ingrid Vaileanu 

De gauche à droite :​ Pierre Eric Pommellet, Directeur général Opérations et performance de Thales, Marc Faudeil, Directeur d’ISEN Yncréa Ouest et Pascal Pinot, Directeur d’ENSTA Bretagne, créent la chaire de recherche TRANSNUM, dédiée aux systèmes d’observation marins autonomes, le 5 avril 2019, à Brest.

Photo © ENSTA Bretagne

Le 5 avril, Thales et deux grandes écoles d’ingénieurs brestoises, ENSTA Bretagne et ISEN Yncréa Ouest, ont officialisé la création de la chaire de recherche et d’enseignement « Transnum » qui vise à disposer de nouveaux systèmes autonomes pour l’observation et la surveillance du milieu marin.

L’OCDE prévoit en 2030 le doublement de l’économie maritime, en cohérence avec la stratégie européenne pour la croissance bleue. L’exploitation des ressources marines et la maritimisation de l’économie impliquent une connaissance approfondie et une surveillance systématique du milieu marin, pour garantir un développement pacifique, écologique et durable.

« L’introduction des technologies digitales offre de nouvelles opportunités pour les activités humaines sur le milieu marin, tant d’un point de vue de l’impact que de la sécurisation, face à de nombreuses menaces (terroristes, illégales, déni d’accès, environnementales…). Thales est un des leaders mondiaux du domaine. Il est important pour Thales de maintenir un lien fort entre ses activités industrielles et une recherche et un enseignement de pointe. En créant et finançant la chaire Transnum, nous fédérons les équipes brestoises en robotique et systèmes de capteurs, afin de développer les connaissances technologiques et méthodologiques permettant de relever ces challenges. » déclare Martin Defour, Directeur Technique des activités systèmes de mission de défense chez Thales. 

La chaire répond au besoin de Thales d’accélérer l’innovation technologique et l’intégration des dernières recherches en menant des programmes de recherche appliqués, associant l’industrie et le milieu académique. Un des objectifs est par exemple de démontrer la faisabilité de permettre à un

drone de surface ou sous-marin de naviguer de manière sécurisée dans le trafic maritime. La chaire Transnum vise aussi à former les futurs ingénieurs aux innovations technologiques à venir en robotique marine et systèmes d’observation marins, afin de préparer le haut niveau de compétence

attendu par l’industrie de demain dans ces domaines d’expertise. 

La thématique générale de la chaire concerne les ensembles coordonnés de robots autonomes et leur utilisation à des fins d’observation et de surveillance des espaces maritimes. Pour y parvenir la chaire se décline en plusieurs objectifs scientifiques : améliorer les performances des réseaux de capteurs en localisation, détection et identification automatique ; concevoir des systèmes robotiques autonomes ; garantir la performance en autonomie de mission, la sécurité de la navigation en mer et la sûreté des systèmes autonomes, etc.

"Ceux qui font avancer le monde s’appuient sur Thales. Nous sommes aux côtés de ceux qui ont de grandes ambitions : rendre le monde meilleur et plus sûr. Riches de la diversité de leurs expertises, de leurs talents, de leurs cultures, nos équipes d’architectes conçoivent un éventail unique de solutions technologiques d’exception, qui rendent demain possible dès aujourd’hui. Du fond des océans aux profondeurs du cosmos ou du cyberespace, nous aidons nos clients à maîtriser des environnements toujours plus complexes pour prendre des décisions rapides, efficaces, à chaque moment décisif. " déclare Thales dans un communiqué. Fort de 80 000 collaborateurs dans 68 pays, Thales a réalisé en 2018 un chiffre d’affaires de 19 milliards d’euros. Thales est implanté à Brest depuis plus de 50 ans et compte plus de 1 600 collaborateurs, dont plus 1100 ingénieurs. Les équipes sont réparties au sein de trois activités : systèmes aéroportés et de surface, lutte sous-marine, systèmes d’informations critiques & cybersécurité. Avec plus de 1100 ingénieurs concentrés sur le territoire brestois, Thales est la première force locale en termes de R&D.

Ses activités de haute technologie, ses savoir-faire industriels, ses fortes capacités d’ingénierie en font un acteur et partenaire de premier plan très intégré dans son environnement local.

L’ISEN Yncréa Ouest (Brest, Nantes et Rennes) est un établissement d'enseignement supérieur privé d'intérêt général sous contrat avec le Ministère de l'Enseignement Supérieur de la Recherche et de l'Innovation. L'école d'ingénieurs forme plus de 850 élèves aux métiers des transitions numérique,

énergétique et environnementale. En proposant une pédagogie originale (nombreux projets en lien avec le monde industriel, forte présence de la formation humaine et sociale dans la formation…), l’ISEN forme des ingénieurs au plus près de la demande des entreprises. Résultat de l’enquête d’insertion professionnelle de la Conférence des Grandes Écoles 2018 : 98% d’étudiants en emploi 5 mois après la sortie de l’école dont 85% avant la fin des études. (https://isen-brest.fr - https://isennantes. fr - https://isen-rennes.fr)

La grande école d’ingénieurs pour l’innovation dans le secteur maritime, la défense et les entreprises de haute technologie (aérospatiale, automobile, énergie, technologies de l’information…). Sur son campus brestois, ENSTA Bretagne rassemble une grande école d’ingénieurs, un centre de

recherche pluridisciplinaire et un incubateur. L’établissement public, sous tutelle de la Direction Générale de l’Armement, accueille près de 1000 étudiants, de bac+3 à bac+8 (ingénieurs, masters, mastères spécialisés et doctorants), dont 20% d’étudiants internationaux, 18% d’élèves ingénieurs

militaires et 110 doctorants. ENSTA Bretagne forme des ingénieurs généralistes et des chargés d’expertise, capables d'assurer, dans un environnement international, la conception et la réalisation de systèmes industriels complexes, de conduire des recherches, de manager des projets technologiques et de créer leur entreprise.

10 domaines d’excellence font la réputation de l’ENSTA Bretagne auprès des entreprises, en France et dans le monde en sciences et technologies marines, sciences mécaniques, technologies de l’information et sciences humaines. ENSTA Bretagne mène une recherche de haut niveau fortement tournée vers les applications industrielles, civiles et militaires, au sein de laboratoires académiques, laboratoires communs et chaires industrielles.

 

Cette recherche de pointe, menée avec les entreprises, permet aux enseignants chercheurs de préparer les futurs ingénieurs à des environnements technologiques en constante évolution. (www.ensta-bretagne.fr)