Interview de M. Paul-François Fournier, Directeur Exécutif, Direction Innovation BPI France

by Ingrid Vaileanu and Florin Paun

Question:

Comment comprendre le modèle actuel d’innovation qui encourage les grands groupes, les PME (TPE) et les territoires à envisager ce processus d’innovation ensemble ? Comment se rendre compte si l’on est en train d’identifier grâce à ces évolutions le génome de l’entreprise innovante de demain ?

Paul-François Fournier :

L’innovation en France a souvent été confondue avec l’invention ; ainsi, on pensait qu’une découverte scientifique trouvait naturellement son marché. Les classements internationaux coupent court à ce postulat de base : la France a certes une recherche remarquable, mais elle se classe à la 14ème place mondiale et 11ème place européenne en terme d’innovation. Nous avons donc un problème pour transformer nos découvertes en innovations.

En effet, l’innovation est un processus diffus qui ne se contrôle pas. Par contre, c’est un processus qui se stimule en mettant les bons ingrédients ensemble. Quels sont ces ingrédients ? Des technologies (pas forcément nouvelles, beaucoup d’innovations proviennent d’assemblage de technologies existantes), un business model adéquat, une expérience utilisateur satisfaisante et des circuits de distribution adaptés.

D’où la volonté du gouvernement de mettre en avant les écosystèmes qui font collaborer les différentes briques et les différents profils permettant d’aboutir à une véritable innovation. L’initiative French Tech, dont BpiFrance fait partie, souhaite favoriser et valoriser cette collaboration entre les collectivités, les pôles de compétitivité, les laboratoires, les universités, les entreprises et les structures d’accompagnement.

Le génome de l’entreprise de demain est en train de changer à la fois en interne et en externe. En interne car il faut aujourd’hui favoriser la collaboration entre les différentes entités d’une entreprise, ne plus avoir des processus linéaires d’innovation mais itératifs et agiles. Mixer les compétences et favoriser les collaborations formelles et informelles est indispensable. En externe car innover uniquement en interne n’est pas viable. Collaborer avec des partenaires, des clients, des fournisseurs, des start-up, des étudiants permet de porter un nouveau regard sur ses activités et de les redéfinir pour mieux répondre aux besoins et enjeux du monde actuel. C’est une donnée que les États-Unis ont depuis longtemps intégrée, en France nous commençons tout juste à en saisir l’importance. Les entreprises françaises doivent aujourd’hui s’ouvrir pour survivre et innover. Cela demande un changement important des mentalités.

 

Question :

Comment dépasser les barrières des « asymétries » des acteurs du processus de l’innovation pour favoriser la création de valeur ? Quels nouveaux dispositifs innovants de financement de l’innovation faut- il envisager pour répondre à la nécessité de compréhension des comportements des acteurs de l’innovation ?

Paul-François Fournier :

Les asymétries d’intérêts entre les acteurs de l’innovation et les problématiques autour du transfert technologique sont des préoccupations majeures qui sont notamment examinées par les SATT. Il s’agit de réconcilier des intérêts parfois antagonistes. Aujourd’hui, ce qui doit encore être amélioré, c’est la compréhension mutuelle des acteurs. Je reviens sur ce point, mais la clé est le changement des mentalités et la collaboration régulière entre les acteurs afin d’arriver à une meilleure compréhension mutuelle et un alignement des intérêts. Par ailleurs, les chercheurs devraient être intéressés (notamment financièrement) à la collaboration avec le monde de l’entreprise et pas seulement à la publication.

Concernant le financement, Bpifrance permet aux entreprises innovantes de diminuer une partie de leur risque en finançant par exemple une étude de faisabilité ou la mise sur le marché d’un produit ou service. C’est

ainsi que Bpifrance cherche depuis des années les asymétries entre les acteurs de l’innovation. Par ailleurs, Bpifrance dans le cadre de la mission French Tech, va investir dans les structures d’accélération de l’innovation privées, notamment celles permettant justement cette collaboration entre des acteurs d’ADN différents.

 

Question:

Comment le modèle français d’innovation évolue-t-il vers une co-gouvernance avec toutes les parties prenantes: grands groupes, territoires, PME, consommateurs-citoyens et comment mobiliser des outils de compréhension de la demande d’innovation révélant des besoins de la société (par exemple l’outil « Demand Readiness Level » – DRL – Paun, 2011) ?

Paul-François Fournier:

Aujourd’hui, les différents acteurs de l’innovation savent qu’ils doivent coopérer pour continuer à innover. De nombreux grands groupes français ont compris leur intérêt à rentrer dans des démarches d’innovation ouverte en associant leur écosystème pour des bénéfices mutuels. En quelques années, les mentalités ont changé dans les grandes entreprises françaises : alors qu’elles cherchaient à être subventionnées pour collaborer avec des start-up ou des PME, elles sont aujourd’hui fortement en recherche de ce type de collaboration et sont même prêtes à investir financièrement pour cela.

L’implantation et les collaborations à l’échelon local et régional ont toujours fait partie de la stratégie d’innovation et d’accompagnement de Bpifrance en co- investissant avec les conseils régionaux notamment. Cette volonté va encore être accentuée avec le plan NOVA et l’axe accompagnement : en effet, l’objectif est de favoriser l’accompagnement des entreprises innovantes, la collaboration au sein des écosystèmes régionaux et la mise en réseau des différents acteurs.

Par ailleurs, il est vrai que nous constatons que les entreprises, notamment celles soutenues par Bpifrance, associent de plus en plus leurs clients dans leurs processus d’innovation. C’est le cas au sein de certains "Living Labs" des pôles de compétitivité soutenus par Bpifrance. L’invention technologique ne suffit souvent plus et elle ne constitue plus qu’une partie d’une innovation globale dont il faut avant tout comprendre les usages et le marché. D’où la volonté forte de Bpifrance de désormais mieux soutenir et accompagner l’innovation non technologique.

 

Question :

Comment utiliser « l’innovation frugale intersectorielle» (Paun, 2013) par les stratégies de « recyclage des brevets d’un secteur à l’autre » grâce à des approches « transversales d’innovation » ? Comment le Tech Transfer intersectoriel peut soutenir les exports grâce aux labels de type « French Tech » ou « made with French technology » ?

Paul–François Fournier :

L’innovation frugale est un concept très populaire, notamment en Inde (on parle de « jugaad innovation ») car ce sont souvent dans les environnements les plus contraints en termes de ressources que l’on trouve des moyens innovants et économiques d’utiliser certaines technologies tout en améliorant drastiquement le développement d’une société. L’innovation frugale n’est plus un concept destiné uniquement aux pays en développement, tout le monde peut et doit innover plus avec moins. Aujourd’hui, la crise dans les économies développées et les défis du XXIème siècle concernant l’accès à l’énergie, la sécurité alimentaire et l’accès à l’eau nous imposent de penser différemment pour trouver de nouvelles solutions. Nous devons changer nos mentalités pour faire un usage plus efficient de nos ressources.

Ces économies sont aujourd’hui permises par les nouvelles plateformes technologiques, qui permettent de réduire de manière drastique le coût de l’innovation, et qui créent de nombreuses opportunités pour les innovateurs. Pensons par exemple, au «cloud computing», à l’usage du téléphone mobile ou des plateformes numériques. Cela a incroyablement diminué les barrières à l’innovation dans le monde entier, car il est aujourd’hui possible de créer, prototyper et tester de nouvelles applications et solutions en temps quasi réel.

Concernant la collaboration et «le recyclage des brevets intersectoriels », les avantages se traduisent en général par une performance accrue dans le domaine de la recherche, de meilleurs résultats sur le marché et une réduction des coûts ; nous devons trouver le financement adéquat à ces développements et continuer à encourager le « made in France ».