La France, pays pionnier pour donner du sens

à l`Intelligence Artificielle !

par Ingrid Vaileanu 

Interview avec Cédric Villani, mathématicien lauréat de la prestigieuse médaille Fields, député LREM de l’Essonne, vice-président de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologique (OPECST), lors de la remise de son rapport ”AI for Humanity”,  le 29 mars 2018 au Collège de France à Paris.

 

Interview Francophone:

Dans son discours officiel au Collège de France réunissant les dirigeants de l’innovation française et européenne, le Président français Emmanuel Macron a confirmé ce plan ambitieux pour la France en matière d`IA qui consacrera 1,5 milliard d'euros d'ici la fin du quinquennat avec la volonté d'attirer et de retenir les meilleurs chercheurs en France et en Europe. « Nous sommes déjà dans cette nouvelle grammaire » avait annoncé le Président Macron en debut de son discours, ce qui rappelle le Rapport Lemoine du 2014 (La nouvelle grammaire du succès. La transformation numérique de l'économie française) et qui semble confirmer la volonté de la France à encourager les acteurs de l`innovation mais aussi de toute la société française et européenne à saisir les opportunités offertes par l`IA, notamment dans des secteurs prioritaires. 

Comment avez-vous construit le rapport `AI for Humanity` (L`Intelligence Artificielle au service de l`humain) et quels secteurs sont visés en priorité?

Cedric Villani :

Nous avons intégré près de 420 auditions d`experts issus des domaines variés, nous avons mis en place une consultation publique en partenariat avec Parlement et Citoyens qui a recueilli plus de 2000 contributions pour 1639 participants uniques et nous avons fait une étude comparative des politiques mises en place dans 15 pays. Pour préparer notre réflexion nous pouvions nous appuyer sur d`excellentes source ; en particulier le Rapport France IA, initie par Axelle Lemaire, le rapport de l`OPECST rendu par mes collègues parlementaires Claude de Ganay et Dominique Gillot ainsi que les remarquables travaux de la CNIL et du Conseils d`orientation pour l`emploi. Pour les orientations de départ, j`ai bénéficié du plein soutien du secrétaire d`Etat au numérique, Mounir Mahjoubi, et de l’expertise de mes collègues spécialistes dans le domaine, à commencer par mon ancien collaborateur Yann Olivier.

Le rapport recommande de s'attarder sur des secteurs dans lesquels, en France et en Europe, il est encore possible de faire émerger des acteurs d'excellence. Nous avons identifié l`opportunité de concentrer l'effort sur quatre secteurs prioritaires : santé, environnement, transports-mobilités et défense-sécurité. Cela permettrait d'aller vers le « bien commun », comme la détection précoce des pathologies, la disparition des déserts médicaux, la mobilité urbaine à zéro émission...

 

Interview Francophone:

Votre rapport IA est considéré ambitieux autant pour la France que pour l`Europe. Le Ministre de l`Economie Bruno Le Maire, confirmé ensuite dans le discours du président Macron, avait attiré l`attention sur certaines pistes envisagées parmi figure la création d'une agence publique sur le modèle de la DARPA (qui fut à l'origine d'internet) américaine pour soutenir l`innovation de rupture, dont l`innovation en matière de l`IA. Vous avez appelé devant la Ministre de la recherche allemande, Anja Karliczek, du Commissaire Européen de l`Innovation Carlos Moedas au "réveil de la France et de l'Europe" dans l'IA, où sont également bien placés la Grande-Bretagne, le Canada et Israël. Est-ce que la France peut inspirer l`Europe par cette ambition, ses objectifs et ses moyens ?

Cédric Villani :

La France ne pourra tenir son rang sans le soutien de l'Europe.

Il faut favoriser l`émergence d`un écosystème européen de la donnée. La donnée est le matériau premier de l`intelligence artificielle. Afin de créer un environnement favorable pour les entreprises et chercheurs européens, il est essentiel de mener une politique de la donnée offensive qui vise à favoriser son accès, son partage et sa circulation. Des "chaires d'excellence seront créées pour faire venir les meilleurs chercheurs mondiaux". Seront "fléchés les projets franco-allemands".

En lien, notamment, avec les reformes européennes en cours, il nous faut également aller plus loin dans l`ouverture des données détenues par les acteurs prives dans certains secteurs particulièrement clés (transport, sante, …) à des fins de recherche et d`intérêt commun. Cette politique de la donnée doit enfin s`articuler avec l`objectif de souveraineté, d`autonomie stratégique pour la France et l`Europe.

 

Interview Francophone:

La 5e Conférence Parlementaire Rencontres pour l`Innovation du 26 septembre 2017 avez conclu collectivement sur l`importance de soutenir le développement d`une culture favorable à l`innovation de rupture avec un système français qui gagnerait davantage si fondé sur le principe « fail fast, fail cheap, try again ». Quelles solutions concrètes apportez-vous avec ce Rapport pour accélérer l`innovation, enlever les barrières à l`innovation de rupture en France et en Europe ?

Cédric Villani :

Il faut oser se tromper grâce à des « bacs à sable » d'innovation ! Nous encourageons une mobilisation des écosystèmes qui pourra s`accompagner de la mise en place d`espaces d`expérimentation permettant aux développeurs d`IA (chercheurs, entreprises) de tester leurs solutions `en situation réellement de bénéficier d`un accompagnement dans leurs parcours d`innovation. Une plainte qui revient régulièrement c`est la lourdeur de la réglementation ainsi que les délais d'instruction des dossiers pour mettre en œuvre ces expérimentations.

Il faut mettre en place des bacs à sable d'innovation, qui s'entendent d'un triple aspect : un allègement, temporaire, de certaines contraintes réglementaires pour laisser le champ libre à l'innovation, un accompagnement des acteurs dans la prise en compte de leurs obligations et des moyens d'expérimentation en situation réelle. [...] Pour garantir la rapidité et la simplicité nécessaires à une telle démarche, la participation à ces bacs à sable devrait se faire sur demande des acteurs de l'innovation avec l'instruction d'un dossier unique sous une procédure de silence vaut acceptation sous 3 mois.

 

Interview Francophone:

94% des français considèrent que les technologies de l`IA ont ou auront un impact important sur nos vies au quotidien (sondage Médiamétrie). Le Président Macron appelé à la création d'un "GIEC" de l'intelligence artificielle pour veiller en particulier sur les questions d'éthique. Comment encourager l`éthique dans l`IA? 

Cédric Villani :

Il faut créer des labels pour augmenter la visibilité de l'offre domestique en IA en s'inspirant de ce qui a été fait avec la French Tech, pour rayonner à l'international. Le rapport confirme l`importance d`Instaurer, dans un cadre institutionnel, un Comité consultatif national d'éthique pour les technologies numériques et l'intelligence artificielle. » 

 

Interview Francophone:

Pour le chef de l'Etat français, "il ne faut ni avoir peur ni être naïf" face à cette nouvelle technologie en passe de révolutionner l'économie et la société et la France devrait utiliser son excellence en mathématiques, en STIC et en SHS pour devenir l`un des leaders de l`IA actuellement dominée par les États-Unis et la Chine qui a annoncé en 2017 un plan d'investissement public de 22 milliards de dollars d'ici 2020. Quelle est la chance et la contribution de la France dans l`IA ?

Cédric Villani :

La France peut devenir un leader de l’intelligence artificielle.

Nous sommes dans un monde de données et l’intelligence artificielle est une des clefs du pouvoir de demain.

C`est dans la synergie, nous en sommes convaincus, que notre nation et notre continent, pourront se lancer avec confiance et détermination dans cette révolution naissante.

Mais surtout il faut donner du sens à l'IA !

Note: IA en chiffre (source Ministere):

400 M€ par an de financement public pour la recherche en IA

268 équipes de recherche

5 300 chercheurs

81 écoles d’ingénieurs et 38 universités délivrant 138 cours liés à l’IA.

80 ETI et PME et plus de 270 start-ups spécialisées dans l’IA, avec un rythme de création soutenu : plus de 30% par an depuis 2010.