La liberté d`expression et de conscience face aux défis du 21e siècle 

Interview en exclusivité avec Philippe Foussier

le Grand-Maître du Grand Orient de France

par Ingrid Vaileanu 

Interview Francophone : Comment réinventer le rôle et la place des FF MM dans les villes et régions du XXIe siècle ?

 

Philippe Foussier : L’implantation des loges du Grand Orient de France sur tout le territoire de la France hexagonale, en Corse et dans l’outre-mer français permet à notre obédience d’avoir une connaissance de terrain de toutes ces villes et régions. Je pourrais dire que, grâce aux membres du G.O.D.F. qui habitent, travaillent, vivent, dans ces territoires, nous entendons battre le cœur de la République.

Nous connaissons les difficultés de toutes natures que ces territoires rencontrent, mais aussi leurs atouts, culturel, économique, humain, écologique, etc. Cette connaissance trouve sa traduction, sa concrétisation dans les diverses manifestations que nos loges organisent tout au long de l’année. Je ne prendrai qu’un seul exemple, celui des “Utopiales maçonniques” : pour l’édition 2018, sur le thème de la Fraternité, nous avons voulu que ce ne soit plus un événement uniquement parisien, mais qu’il soit décliné dans tous les territoires où nos Sœurs et Frères sont présents. C’est une manière - parmi d’autres - de réinventer, je dirai de réinscrire la maçonnerie du GODF dans les villes et régions aujourd’hui.

Autre exemple : nos loges mènent des réflexions prospectives sur les grands sujets de société auxquels nous sommes confrontés, tant sur le plan national que local. Mais le GODF n’étant ni un parti politique ni un syndicat, les travaux que nous menons, toutes les questions que nous examinons (transhumanisme, fin de vie, développement durable, etc.)  le sont toujours à l’aune de nos considérants humanistes.

Je pourrais multiplier les exemples (conférences publiques - plantation d’arbres de la liberté - cérémonies du 9 décembre, journée de la laïcité, rencontres avec la jeunesse,etc.) qui prouvent que nous ne pratiquons pas une maçonnerie hors-sol. Nous sommes des maçons et maçonnes à la fois engagés dans un cheminement initiatique, mais également pleinement conscients de notre citoyenneté à assumer.

 

Interview Francophone : En tant qu’obédience française, quelle est votre contribution de FM à la société du XXIe siècle face à des défis majeurs au plan international ?

 

Philippe Foussier : Le Grand Orient de France est présent sur les cinq continents grâce à ses loges d’Europe de l’Est, d’Afrique, du Pacifique sud, de l’Océan Indien, d’Amérique du Nord, du bassin méditerranéen.

Les défis et les problématiques diffèrent selon les régions et sous-régions. Mais là aussi la proximité de terrain nous permet d’avoir une politique, je dirais, de subsidiarité. Nos membres connaissent les enjeux qui animent leurs territoires et travaillent, animés par trois piliers, socle de notre engagement de francs-maçons humanistes : liberté de conscience ; respect de la dignité humaine ; égalité homme/femme.

Par ailleurs, nous œuvrons, avec les autres obédiences maçonniques libérales, françaises et internationales, et ce dans le plus total respect de la souveraineté de chacun, à nouer des relations fraternelles de travail. Relations bilatérales ou multilatérales, via des organisations maçonniques. Que ce soit sur les questions de développement économique, de mondialisation, de liberté d’expression et de conscience, de respect des droits humains, etc., nous prenons notre part du travail à accomplir. Mais notre appréhension des grands enjeux contemporains ne se fait jamais à travers un débat partisan.      

Interview Francophone : Comment doit-on comprendre les actions et valeurs promues par les FF MM en 2018, notamment au travers des innovations comme l’intelligence artificielle ?

 

Philippe Foussier : Au sein du GODF, travaillent des Commissions Nationales (par exemple celle sur la Santé Publique et la Bioéthique). Mais je pourrais également citer la Commission sur le Numérique, celle sur le Développement Durable… La mise en place de telles commissions nationales répond à la volonté du GODF de prendre à bras-le-corps, par la réflexion, l’analyse intellectuelle dépassionnée et sereine, les grandes questions qui se posent aujourd’hui et feront le monde de demain.

L’innovation scientifique n’est pas une fin en soi, je dirais même qu’elle ne signifie rien si elle n’est pas au service de l’Humain.

 

Interview Francophone : Quelle est votre meilleure expérience professionnelle / en tant que GM,  et quel est pour vous le pari du XXIe siècle ?

 

Philippe Foussier : Le pari du XXIe siècle, ou plus précisément le combat du XXIe siècle, est celui de la lutte contre la propagation des idées extrémistes, d’où qu’elles viennent, du Front national aujourd’hui rebaptisé Rassemblement national (mais l’idéologie est la même) ou des fondamentalistes islamistes. Bien entendu je ne donne que ces deux exemples, mais d’autres foyers d’extrémisme existent partout dans le monde et nous menacent.

Dans les deux cas, ce qui est prôné, c’est l’enfermement dans un entre-soi (qui, à la longue, ne peut être que mortifère), l’exclusion et la haine de l’Autre.

Or, toute identité, comme le souligne fort justement Paul Ricœur, est celle d’un être co-existant avec d’autres. Et c’est dans cette co-existence que les identités se construisent et évoluent. Il nous appartient, à nous FFMM, mais aussi à tous les hommes et femmes de bonne volonté, quelles que soient leurs origines, leurs nationalités, leurs croyances - philosophiques, religieuses - de construire ensemble une philosophie de la reconnaissance qui passe par une double expérience : se reconnaître soi-même (d’où notre combat pour les valeurs républicaines, et la première d’entre elles, socle de notre République, la laïcité), pour ensuite travailler à la reconnaissance mutuelle.       

 

Interview Francophone : Une partie des jeunes européens se demandent comment devenir `des ambassadeurs` des valeurs franc-maçonnes.  Quel conseil pour ceux qui veulent réinventer la société du XXIe siècle ou contribuer à ses innovations, ses évolutions ?

 

Philippe Foussier : Il est toujours présomptueux de s’affirmer « ambassadeurs » ou porte-parole de la FM. La FM est un cheminement initiatique, un travail sur soi. Et c’est ainsi que commence, que doit commencer, tout travail, avant de prétendre vouloir contribuer à quoi que ce soit. Un aphorisme maçonnique affirme que l’on doit améliorer l’Homme pour améliorer la société. C’est un travail de longue haleine, mais tout franc-maçon est un utopiste dans l’âme. Utopiste ne signifie pas un doux rêveur. Pour nous maçons du GODF, l’utopie réside dans la construction, par notre engagement quotidien, d’une société meilleure et plus éclairée. Si c’est cela être ambassadeur des valeurs francs-maçons, j’encourage toutes celles et tous ceux qui se reconnaissent dans notre démarche à rejoindre les loges du GODF.