Le pouvoir des sens dans la société du 21e siecle  

Interview en exclusivité pour l'édition spéciale 

Visionnaires du 21ème siècle

avec le fondateur de 

ARTIRIS 

Aymeric Wuidart

by Ingrid Vaileanu 

Interview Francophone: Comment résumer votre innovation et quels projets de développement en France et en Europe  ?

 

Aymeric Wuidart : Notre innovation COMPOZ™est le premier diffuseur intelligent de parfum d’ambiance haut de gamme, naturel et sur-mesure, qui permet à son utilisateur de créer et de diffuser en temps réel le parfum qui correspond parfaitement à son envie du momentet à notre zone de confort olfactif (ce que nous appelons le « Patrimoine Olfactif »).. 

 

Grâce à une technologie brevetée, récompensée par un Innovation Award au CES de Las Vegasdébut janvier, nous permettons enfin à chaque utilisateur de diffuser exactement le parfum souhaité, à l’intensité désirée, et cela de la manière la plus inoffensive qui soit : de l’air frais et des huiles essentielles bios ou issues du commerce équitable. COMPOZ™va révolutionner la manière dont nous parfumons nos espaces de vie, tant à la maison qu’au bureau, ou encore dans les chambres d’hôtels et les spas. 

Si la lumière, le son, le toucher sont aujourd’hui utilisés pour améliorer l’expérience client et le bien-être de manière personnalisée, l’olfactif était jusqu’ici délaissé, car aucune solution ne permettait de s’adapter parfaitement aux goûts de son client. 


Sur un marché du parfum d’ambiance historiquement conservateur, nous innovons en capitalisant sur 3 de nos savoir-faire typiquement français : la haute-parfumerie, le luxe Made-in France et la technologie. Cela nous permet d’avoir des ambitions internationales bien au-delà du marché français sur un marché de plus de 10 milliards de $ :  l’Angleterre, les Etats-Unis, L’Allemagne, le Japon, L’Espagne, L’Italie, la Russie et la Chine bien entendu. 

 

 

Interview Francophone: Quels ont été les partenaires de l'accélération de vos projets innovants et comment le modelé français d'innovation peut inspirer les générations européennes de l'innovation disruptive au service de l'humanité ? Dans ce sens quelle est la place du "sensoriel marketing" dans la croissance et commercialisation ? 

 

Aymeric Wuidart : Le développement de COMPOZ™s’est appuyé sur l’existence d’un écosystème français qui permet de soutenir l’innovation de jeunes start-ups. La BPI, Business France, la French Tech, Station F, Captronic, Cap digital, Cosmetic Valleysont des structures qui nous ont assisté dans différentes phases de notre processus d’innovation par des conseils, des mises en relation, des subventions, des financements. 

L’existence de liens Grand-groupe & Start-upnous a également permis de collaborer de manière extrêmement efficace avec le groupe Givaudan, à la fois dans le travail sur le sourcing d’huiles essentielles naturelsmais également sur les phases d’évaluations de nos technologies en associant leurs parfumeurs de parfumerie fine (les nez) à nos protocoles de test. 

Je crois que ce tissuainsi que le focus donné par le gouvernement à l’importance des start-ups de solutions disruptives « Green », « Sociale » et « bien-être »crée un terreau fertile. Je regrette simplement un focus trop souvent tourné vers des solutions « software » et qui rend plus difficile l’innovation disruptive de solutions hardware: alors que les politiques publiques appellent de leurs vœux à une réindustrialisation de nos territoires, le financement de projets industriels en France reste le point faible de notre écosystème. La France est pourtant une nation de pointe en termes d’ingénierie et d’innovation disruptive (Devialet, SeaBubble par exemple) et est reconnue pour sa capacité à faire émerger des projets disruptifs. Pour continuer à être une référence inspirante et un territoire d'expression pour les générations futures, elle doit réussir à faire grandir ces jeunes pousses, notamment par un schéma de financement adapté. 

En ce qui concerne le marketing sensoriel, il me semble évident que ce dernier est en plein développement depuis plusieurs années. Souvent initié dans le secteur du luxe (voitures de luxe, hôtellerie haut de gamme) afin de faire vivre à leurs clients une expérience holistique (l’expérience client), il tend maintenant s’étendre aux produits plus grands publics. 

 

Cette importance croissante du sensoriel et de l’expérientiel est évidemment un facteur clé dans notre développement et notre croissance. Notre technologie unique au monde va révolutionner le secteur en permettant enfin à l’ensemble des acteurs du luxe d’apporter une solution olfactive personnalisée à leur client, dans des lieux ou cela n’était pas encore rendu possible, augmentant ainsi le bien-être de leurs clients.

 

Interview Francophone: Quelle est votre meilleure expérience de collaboration pour le succès de vos innovations ? Quels impacts positifs sur vos propres parties prenante et les  territoires ?

 

Aymeric Wuidart : J’ai beaucoup de mal à dire quelle est le « meilleure » expérience de collaboration car dans un projet innovant chaque collaboration apporte une pierre essentielle à l’édifice : les parfumeurs, les équipes R&D, les neuroscientifiques, les partenaires financiers, les structures telles que la French Tech ou Business France– il est impossible de faire un projet innovant tout seul. 

Mais si je devais citer une collaboration, alors je choisirais indéniablement celle que nous avons développée avec le Groupe Givaudan depuis plusieurs années.

 

Le sourcing de matière première naturelle de qualité et issues de sourcing bio ou éthiqueest un travail de longue haleine menée avec Givaudan et en parti financé par la Fondation Givaudan à laquelle nous envisageons de reverser une partie de nos profits. 

Le travail sur les neurosciences et le rôle de l’olfaction a également été essentiel et nous permet aujourd’hui de mieux comprendre le rôle du nez, pendant longtemps laissé de côté. Améliorer le bien-être par l’olfaction est pour nous l’impact le plus important que nous pourrions avoir sur notre société. 

 

Ce qui me semble essentiel aujourd’hui est de collaborer de manière humaine et constructive, avec un objectif commun clairement identifié. Fervent défenseur du Made in Franceet d’une d’entreprise citoyenne, nous privilégions des partenariats régionauxet développons nos produits dans une approche écoresponsable.   

L’avantage d’être une start-up, c’est que vous pouvez dès le début déterminer vos valeurs et votre plan de marche. Vous partez d’une page blanche. 

 

En termes d’impacts positifs, c’est encore un peu tôt pour en parler car nous sommes en plein développement, mais j’espère que d’ici quelques années vous n’aurez plus à me poser cette question tellement cela sera évident. 

 

Interview Francophone: Quels sont vos objectifs en 5 à 10 ans et comment soutenir et inspirer les générations du 21e siècle à donner du sens "aux senses"? 

 

Aymeric Wuidart : Nous avons des objectifs ambitieux avec notre technologie car il nous semble essentiel de redonner du sens aux choses, de redonner sa place à la nature et aux émotions. Dans nos sociétés développées, nos sens sont souvent chahutés, oubliés, mis de côté. Il n’y a pas beaucoup de place pour nos émotions, ni pour nos différences ou nos ressentis. On oublie que l’homme est avant tout un être de sensations ! Nos sens sont primitifs, primordiaux, essentiels à notre bien-être. Ne dit-on pas « Je me sens bien ici » ?

Je crois que nous sommes actuellement à un tournant qui a débuté dans l’alimentaire et touche maintenant tous les secteurs : acheter avec du sens, promouvoir les projets citoyens, apporter du bien-être. 

Avec Compoz™, nous avons créé un projet sur-mesure pour nos clients : leur apporter à la fois l’excellence, la naturalité et la simplicité, le tout dans une démarche de développement durable. 

 

Je crois que pour inspirer les générations futures à donner du sens « aux Sens », il faut déjà leur montrer l’importance de ces « sens » au quotidien et de la nécessité de les traiter avec une grande attention. 

 

Mais vous me demandiez nos objectifs ! Eh bien comme je suis un grand rêveur, un idéaliste, un passionné des grands espaces et de la nature - je suis également convaincu du pouvoir des sens et en particulier celui de l’olfaction. 

Alors j’imagine que dans 10 ans nous aurons des millions de clients et que notre technologie se sera démocratiséeet sera disponible dans tous les salons et les chambres des maisons et des hôtels, dans tous les bureaux et les salles de réunions, dans les voitures, dans les avions, dans les trains… bref dans tous ces lieux où nous passons finalement beaucoup de temps et dans lesquels notre bien-être est souvent malmené.

 

Interview Francophone: Quel conseil pour vos clients et partenaires français et européens ?

 

Aymeric Wuidart : Je vous avoue ne pas être un grand donneur de « conseils ». Avec mes associés, nous aimons mettre nos clients et nos partenaires au cœur de notre réflexion afin de répondre au mieux à leurs attentes. Ce sont d’eux que nous apprenons beaucoup. 
Prenez le risque, qui n’en est finalement pas un, de laisser l’émotion et les sens guider pleinement la relation que vous entretenez avec vos clients. Travailler sans relâche à satisfaire leur bien-être pour leur offrir une expérience mémorable et développer une relation basée sur la sollicitation de leurs sens, olfactif notamment.

Car comme la musique qui est universelle, que l’on soit français, européen ou du monde, nous avons tous et toutes depuis notre plus tendre enfance été entouré de parfums et d’odeurs qui ont façonné notre personnalité, ce que nous aimons et ce qui nous fait nous sentir bien. Comme le dit si bien Annick Le Guerrer, une philosophe et historienne passionnée de parfum, « le 21ème siècle sera celui de l’odorat et du parfum ».