Le territoire est mort…

vivent les territoires interconnectés,

les territoires des projets !

 

 

Interview en exclusivité avec

Raymond Vall

Sénateur de Gers, Président de l'ANPP  

par Ingrid Vaileanu 

Interview Francophone : A l'heure des transformations structurelles, des véritables "métamorphoses" (au sens d'Edgar Morin, Philippe Lemoine) des sociétés du 21ème siècle, quel est le plus grand défi des transformations des territoires ? Comment encourager ces transformations, les innovations territoriales ensemble avec leurs propres écosystèmes locaux ?

  

Président Raymond Vall : La grande innovation sociale et sociétale du 21ème siècle serait de faire participer le plus possible les habitants, mettre en mouvement les habitants pour créer le territoire, créer les projets du territoire, créer la bonne dynamique pour organiser les services et contribuer à la création de la richesse, d'un patrimoine voulu. En effet, la vraie richesse d'un territoire, ce sont ses habitants. Certainement le 21ème siècle n'est plus le siècle de la politique centralisée, occultant les atouts, l'intelligence collective et les compétences du territoire, de leurs habitants. Car il y a des hommes et des femmes qui sont des bénévoles ou travaillent en comprenant mieux les besoins locaux dans des secteurs aussi divers et interconnectes les uns les autres au niveau local : culture, commerces, éducation, solidarité…

 

Interview Francophone : Quel est le rôle de l'ANPP et de votre action pour améliorer la confiance dans les territoires, leurs collaborations et même dans la démocratie du 21ème siècle ?

 

Président Raymond Vall : L'ANPP, notre association, réunit des territoires capables de se doter des projets, partager des bonnes pratiques, des outils pour élaborer des projets grâce à des stratégies nouvelles de démocratie participative. Il y a une vraie volonté et une approche volontariste pour que nos démarches réconcilient le citoyen avec la politique, avec ceux qui font de la politique, renforcer ce couple citoyens-politiques pour renforcer la démocratie et ses valeurs au 21ème siècle. Consulter les citoyens, les réunir autour de la construction de projets d'intérêts communs et multifonctionnels constitue la solution aussi pour reconstruire la confiance dans les politiques après des jugements très sévères ces dernières années. Notre combat est de réussir à créer une nouvelle dynamique territoriale de collaboration pour définir une politique pour les territoires, ensemble, avec leurs citoyens, car tout ne doit pas être décidé à Paris. Il faut développer des outils et des capacités d'écoute des besoins et solutions locales, d'impliquer les citoyens dans l'élaboration des projets territoriaux qui les concernent. Vivre dans un territoire c`est aussi créer ce qui est nécessaire pour le territoire. L'Association Nationale des Pôles d'équilibre territoriaux et ruraux et des Pays (ANPP) accompagne la création et les missions des Pôles issus de la loi de modernisation de l'action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (MAPTAM). Ce sont de nouveaux territoires de projets nécessaires pour la survie des zones rurales et périurbaines face au pouvoir de concentration des compétentes et des moyens des métropoles.  

 

Interview Francophone : Quels sont les risques si l'on n'accélère pas ces actions et approches collaboratives entre territoires et leurs écosystèmes et comment effectivement faire travailler ensemble les divers acteurs locaux ?

 

Président Raymond Vall : Il ne faut plus s'étonner de voir déserter les partis et les urnes, si l'on n'implique pas les citoyens dans une co-construction des solutions pour leurs territoires, des politiques territoriales. Les lois successives ont organisé la France avec un état régalien ; un niveau régional qui englobe régions et métropoles ; les communautés d'agglomération autour des chefs-lieux de département de plus de 25.000 habitants et enfin, encore en dessous, l'intercommunalité, qui en zone rurale, on retrouve de trop petites intercommunalités (moins de 5.000 habitants) et a cette échelle on ne peut rien faire, rien financer. Les inégalités peuvent se creuser entre les métropoles qui ont des moyens et des compétences, et les zones rurales et périurbaines qui sans collaboration, regroupement, n'ont pas les moyens de leurs ambitions. Ce n'est pas facile de créer cette dynamique de collaboration dans le territoire pour intégrer tous les intérêts et co-construire des projets d'intérêt commun ensemble avec les citoyens. Ce n`est pas facile de partager des convictions, convaincre les élus des territoires, les maires, les représentants des conseils départementaux, les artisans locaux de remonter les manches et travailler ensemble pour construire ce qui sera notre territoire, pour le bien commun sur la base d'une vision commune du développement territorial. Cela demande du temps, de la pédagogie, une démarche volontariste pour que cela marche et que la collaboration donne des résultats.

 

Interview Francophone: Quelles transformations pour le territoire du 21ème siècle ?

 

Président Raymond Vall : Le territoire du 21ème siècle sera un territoire des projets ou il ne sera plus. Le territoire que nous encourageons n’est surtout pas un territoire partisan, mais un territoire des projets qui sont les vôtres ! Pour définir ce territoire, il faut penser à ses habitants, avec ses habitants, à sa culture, son patrimoine, son organisation, son écosystème, son bassin de vie et son activité économique. La loi sur les Métropoles doit envisager le rôle des métropoles à partager la richesse qui tend à se concentrer dans ces dernières, qui devraient être encouragées à irriguer les territoires alentour. Ces territoires de solidarité sont indispensables pour l'ensemble de l'économie territoriale, et même métropolitaine. Il faut par exemple une approche volontariste pour ne pas laisser s'échapper la matière grise des territoires vers des métropoles perçues souvent comme des chevaux de Troie de la mondialisation. La compétition internationale pousse inexorablement vers une métropolisation des territoires et cela risque d'engendrer une coupure de l'équilibre entre le territoire de travail et le territoire où l'on réside. Il ne faut pas morceler le territoire et l'emprisonner dans des fonctions uniques (travail ou habitat), mais envisager cette multifonctionnalité des territoires qui sont à la fois une source de création de valeurs, de travail, de bien-être, de tourisme, de santé, ce qui est une réalité comprise et vécue par les citoyens capables à contribuer à la co-construction des projets multifonctionnels.

 

Interview Francophone : Comment mobiliser plus les leviers de l'attractivité des territoires, notamment le numérique et l'innovation (technologique mais aussi sociale et sociétale, innovation des services) ?

 

Président Raymond Vall : Dans les régions, les schémas de planification (SRADDET) définissent les projets des territoires, mais la problématique reste comment fixer et attirer les jeunes et moins jeunes sur les territoires périurbains, les séduire et leur permettre de construire des projets, une vision de l'avenir sur ces territoires. Avec la dynamique de transition numérique et les nouvelles infrastructures, on pourrait envisager de contrecarrer ces nouvelles formes d'esclavage vu que ceux qui produisent localement gagnent moins que ceux qui juste vendent grâce au commerce en ligne. Un autre levier d'attractivité est l'innovation et la traçabilité des produits, car les consommateurs veulent de plus en plus connaitre et avoir des certitudes sur les filières et la provenance des produits. Ce qui peut nous aider à augmenter l'attractive de certains territoires d'agriculture responsable, vu que la santé est en partie dans l'assiette.

 

Interview Francophone : Comment envisager la coopération internationale et comment la France par ses expérimentations et vision d'ensemble pourrait inspirer une véritable Europe des territoires ?

 

Président Raymond Vall : L`ANPP et les Pôles territoriaux permettent d'atteindre la dimension pour contractualiser avec les régions, l'Etat et l'Europe. La coopération internationale passe toujours par les missions territoriales et leurs capacités de collaboration effective. La coopération européenne ne peut pas exister sans une coopération décentralisée, soit une "Europe des territoires". Par exemple, en France un territoire à créer une véritable marque de confiance, en Auvergne, avec "Fruits rouges Jeune Loire", en augmentant les compétences et la qualité grâce a des collaborations et stratégies de partage de valeurs entre producteurs, ce qui créée en plus un sentiment d'appartenance, mais aussi une fierté territoriale.

 

Interview Francophone : Quels objectifs pour le futur ? La nouvelle Banque des Territoires lancé par la CDC le 30 mai 2018 a annoncé son objectif de financer un plus grand nombre des projets d'intérêt public, mais il appartient aux territoires de définir leurs projets.

 

Président Raymond Vall : Le Pôle territorial Portes de Gascogne a signé avec  la Métropole de Toulouse, un contrat de réciprocité pour encourager notamment le travail collaboratif entre les territoires ruraux et la métropole, mais aussi un projet alimentaire territorial. La plus grande richesse de nos territoires ruraux sont leurs femmes et leurs hommes, responsables et passionnés, leurs compétentes au service du bien commun. Nos territoires ruraux sont bien vivants, accompagnons-les !