Photo.Domeniul.Bogdan.jpg

Un vin à la hauteur des enjeux du 21e siècle

 

Interview avec le fondateur du vin bio Domeniul Bogdan

Choisi pour Les Prix d’Excellence 2022 par la presse internationale à Paris Interview Francophone

Bogdan Mihalcea 

by Ingrid Vaileanu   

Interview Francophone : Comment résumer l'histoire de la naissance de Domeniul Bogdan? 

 

Bogdan Mihalcea : J’ai toujours été intéressé par la nature, par notre lien profond avec sa force et sa magie. 

L'intérêt de faire pousser quelque chose dans la nature était là il y a longtemps, cette fascination existe, je pense, chez tout le monde : contribuer à quelque chose de plus grand, de plus important que sa propre personne. Puis l'occasion s'est présentée, mais cela n'aurait eu aucun sens si je ne m'étais pas déjà intéressé à une telle « entreprise ».

 

Je suis souvent allé à Dobrogea avec diverses autres préoccupations et j'ai admiré la beauté de ces endroits. J'espérais, je l'avoue, qu'à travers ce que je pourrai y faire, je donnerai à mes compatriotes, mais aussi à ceux de l'extérieur, l'opportunité de découvrir ces lieux.

 

Il y a quelque chose de magique à Dobrogea, je pense. Peut-être l'antiquité, la façon dont le temps a marqué le relief ici… la proximité de la mer, du Danube, des champs, tout est magique. Du moins c'est ce que je pense.

 

J'essaie de vivre une vie autant que possible en harmonie avec la nature - de ce que je mange, ce que je porte, comment je voyage, dans quoi j'investis, ce que j'enseigne aux enfants. En fait, les enfants - et je ne parle pas seulement des miens ici - sont peut-être la raison la plus importante pour laquelle je m'intéresse à un avenir durable.

 

Je sens qu'il faut leur laisser une "maison propre", et c'est, si vous voulez, la "raison de conscience" qui m'amène automatiquement aux idées bio et biodynamiques. Je vois l'agriculture biodynamique comme une agriculture à la fois durable, efficace, scientifique, respectueuse de l'environnement, mais aussi un moyen de vivre en harmonie avec la nature.

 

Puis, c’est le vin, un produit chargé d’histoire, de tradition, de complexité. Les deux fils se sont tressé naturellement donnant naissance à Domeniul Bogdan, un domaine viticole qui veut créer des vins de tradition, de caractère, des vrais ambassadeurs de la culture viticole de Dobrogea. 

 

Interview Francophone : Quelle est votre meilleure expérience qui peut inspirer aussi les générations du 21e siècle des entrepreneurs?

 

Bogdan Mihalcea : Etant pendant de nombreuses années un « pèlerin », curieux de découvrir les cultures occidentales et ayant vécu plusieurs années à l’étranger, cela m’a permis d’acquérir une perspective complexe de l’Europe et de l’évolution de la société dans les années à venir.  J’ai vite compris que la Roumanie est un exemple de pays où les gens ont conservé leur lien avec la nature, il y a beaucoup d’endroits protégés et que nous pouvons faire revivre une culture organique et biodynamique authentique plus facilement que les pays occidentaux qui ont rompu, avec l’industrialisation, ces liens entre les hommes et la nature. 

 

Toutes les données que j'ai réussi à analyser - en termes de géographie, de biologie, de compétences humaines, de l'époque dans laquelle nous vivons et même de la situation internationale (je veux dire d'abord les flux de marchandises, l'économie mondiale et la place que les marchandises avec des origines locales spécifiques occuperont ) – me donnent des raisons de croire que, si nous travaillons correctement et que nous avons un peu de chance, la Roumanie se présentera beaucoup mieux sur la scène internationale. Ça a déjà l'air mieux qu'il y a 10 ans, c'est clair. Et je pense que cette tendance va s'accélérer à mesure que nous mûrissons.

 

J’encourage les jeunes entrepreneurs à croire dans leur pays, dans notre potentiel et à investir dans nos ressources, ils pourront ainsi donner un exemple pour les autres pays occidentaux qui cherchent des solutions à « revenir en arrière » sur le plan de l’agriculture organique, manuelle, biodynamique. 

 

Nous avons parlé de l'esprit du lieu, de la pureté du terroir, en un mot, de l'identité. De ce point de vue, je suis convaincu qu'il ne faut pas copier les autres, mais profiter de ce que nous avons : en termes de vin, la réponse est Fetească Neagră, accompagnée d'un pastrami de mouton élevé à Dobrogea. 

Interview Francophone : Comment concevoir la qualité et le succès au 21e siècle?  

 

Bogdan Mihalcea : Cela a été et reste un défi, car la qualité et le prix du produit sont constamment soutenus par les budgets marketing, afin de proposer notre produit au plus grand nombre de consommateurs. Nous voulons offrir au public "l'esprit du lieu" - un sens, une image, une vision - qui va bien au-delà des simples (ça vient, car elles sont complexes) valeurs sensorielles du vin. Si je parle du Domaine Bogdan, je ne peux pas donner de nom, car tous les vins sont comme mes enfants, mais je vous donne un indice : un vin rouge de pays, qui est la pure expression du terroir. Cela signifie la terre de Dobrogea, l'eau, les vignes et enfin la levure sauvage, mon vin de méditation – PĂTRAR, la seule gamme biodynamique de la Roumanie.

              

Interview Francophone : Quels projets et objectifs pour les 10 ans à venir? 

 

Bogdan Mihalcea : Notre défi est de rester dans le top de la qualité et de continuer nos efforts à informer nos consommateurs sur l’importance de la viticulture biodynamique qui préserve nos sols et les ressources naturelles. Nous souhaitons inspirer d’autres producteurs dans la conversion vers les pratiques biodynamiques. Et, pour conclure, notre volonté est de préserver le caractère authentique de nos vins qui reste le moteur de notre domaine. 

 

Interview Francophone : Quel conseil pour les générations du 21e siècle? 

 

Bogdan Mihalcea : Je crois profondément que le terroir roumain doit être ressuscité, tout le monde souhaite comprendre les valeurs de chaque région et l’origine des produits. Dans notre pays, le communisme a empêché la conservation de ces valeurs, par contre notre volonté est de préserver et de valoriser les traditions autochtones. La période communiste a également empêché le développement industriel, cela a été un point faible de la Roumanie pendant des décennies. En revanche les Roumains ont su conserver leur lien avec la nature, les interactions humaines, les pratiques manuelles afin de survivre et maintenant nous pouvons transformer toutes ces choses en atouts. 

 

La nouvelle perspective sur l’environnement au niveau globale nous amène vers des pratiques agricoles anciennes à côté de pratiques modernes car elles sont indispensables pour l’avenir de notre société. Investir dans la biodynamie nécessite, sans doute, un effort important mais les résultats seront au rendez-vous.