Le tourisme français à la hauteur des enjeux du « monde d’après » Covid19 

Un nouveau regard sur le tourisme de qualité à l’occasion du début de la semaine européenne du développement durable

qui début chaque année le 30 mai 

 

 

by Ingrid Vaileanu et PhD. Florin Paun 

Si l’on a choisi la photo de la magnifique piscine des Lodges Quartz (www.pourville-sur-mer.com) qui surplombe les plages de Pourville  en Normandie en France, pour la Une du journal européen dédiée en ce début juin 2020 au tourisme français à la hauteur des enjeux des crises sans précédent Covid19 ce n’est pas seulement pour honorer la beauté, le design et la sérénité des lieux et de l’accueil, mais aussi pour témoigner des capacités d’innovation et de la confiance des deux entrepreneurs Nicolas et Eric qui sont pratiquement emblématiques pour la ténacité et toute une nouvelle attitude des acteurs touristique francais digne pour construire le tourisme de qualité du « monde d’après ». 

 

Les ministres du Tourisme des pays du G20 se sont engagés en fin avril 2020 à garantir que « la levée des restrictions sur les voyages soit coordonnée », au moment où de nombreux pays cherchent à alléger le confinement, et à « soutenir la relance économique » du secteur touristique. L’objectif de l’Europe entière est d’atténuer l’impact de la pandémie de Covid-19 sur le tourisme mondial, l’un des secteurs les plus touchés avec des millions d’emplois menacés. Les restrictions sur les déplacements mises en place pour contenir la pandémie ont durement affecté le tourisme mondial, qui devrait baisser de 45 % cette année, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). 

 

« Nous nous engageons à aider les entreprises, entrepreneurs et travailleurs du secteur touristique (…) à s’adapter et prospérer durant une nouvelle ère post-crise », ont affirmé les ministres dans un communiqué conjoint à l’issue d’une réunion virtuelle organisée par l’Arabie saoudite, qui préside actuellement le G20. Jusqu’à 75 millions d’emplois dans ce secteur sont menacés, a ajouté le groupe, se référant aux chiffres du Conseil mondial du voyage et du tourisme.

 

Dans la perspective de la reprise du tourisme, le secrétaire d’État Jean-Baptiste Lemoyne a rappelé (lors de la réunion de 20 mai à la réunion des ministres de l’Union Européenne en charge du tourisme) que la France était attachée au principe de non-discrimination fondée sur la nationalité et à une coordination accrue entre les États-membres. 

« Afin de faciliter la reprise et la réouverture progressive des destinations européennes, il a souligné que la France veillerait à une bonne coopération en ce qui concerne l’évaluation des situations épidémiologiques et l’harmonisation des protocoles sanitaires adoptés dans les États-membres. La France porte une attention particulière à la question du recours aux avoirs en matière de droit des passagers et de voyages à forfait, afin qu’un équilibre soit trouvé entre la protection des consommateurs et la préservation de viabilité économique des compagnies aériennes. » a déclaré le Secrétaire d’État.  Il a, par ailleurs, rappelé le souhait de la France que le tourisme bénéficie de mesures de relance ambitieuses, en particulier dans le cadre le plan de relance européen, soutenant sa transformation numérique, durable et inclusive et, qui tiennent compte des spécificités des territoires, en particulier ruraux, insulaires et ultrapériphériques. En effet, la France a salué la proposition de la Commission d’élaborer une campagne de promotion paneuropéenne dès lors que la reprise du tourisme international s’amorcera. 

 

Le tourisme de luxe, de qualité reconnue par toutes les parties prenantes inspire ainsi une nouvelle dynamique de croissance dans le domaine du tourisme en adaptant toute l’organisation pour centrer encore plus l’attention sur le bien-être et la protection des touristes et des collaborateurs. A partir de 2020, le luxe dans le tourisme semble signifier  plus que la conception de luxe d’avant la crise Covid19 car implique une dimension humaine et une relation client renouvelée et partagée par tous qu’on rencontre dans les grandes structures hôteliers que dans les plus petites, dans les petits marches de poisson frais au bord de la mer après la sortie des bateaux chronomètre par le rythme de la nature et les marées, dans les épiceries de luxe que dans celles du coin de la rue ou par exemple celle de Quiberville à quelques km de Paris et qui ont su capitaliser sur le besoin de confiance (cette valeur si chère pendant la crise Covid19), pour redoubler les efforts et faire même leurs chiffre d’affaires du saison en deux mois comme le cas en Normandie sur les plages d’une beauté authentique comme Pourville ou Quiberville. C’est dans ces destinations à 2 heures de Paris qu’il y a les belles decouverte du tourisme francais prêt à rédémarrer comme la pâtisserie locale Chez Adèle qui  n’a pas arrêté de rendre plus doux le temps du confinement des locaux, ou l’Hôtel de la Plage de Quiberville qui fait déjà l’honneur au devoir d’accueillir les touristes (en ouvrant tout l’hotel meme pour un seul touriste si besoin) en toute sécurité et en respectant des conditions de distanciation. 

 

En effet, le 2 juin 2020 la France va enlever les restrictions de déplacement et on attend l’ouverture de toutes les structures touristiques et de restauration capables de garantir le respect strict de conditions de distanciation et barrières sanitaires nécessaires pour continuer à protéger les clients et des employés tout en reprenant l'activité économique touristique. 

 

Même si fermés en majorité pendant la crise Covid19, il ne faut pas oublier que tout au long du mois de juin, les Hôtels du Groupe Barrière, un exemple de tourisme de luxe à visage humain vivaient sous le signe du Développement durable. A l’occasion de la Semaine Européenne du Développement Durable, le Groupe tout comme la majorité du secteur touristique s’engageait chaque année avec sa démarche RSE, Planète Barrière, au travers de partenariats et actions responsables destinés à mobiliser et sensibiliser collaborateurs et clients.

 

Plus que jamais, la Semaine Européenne du Développement Durable qui se déroulerait chaque année du 30 mai au 5 juin pour promouvoir les initiatives territoriales, pourrait mettre en lumière aussi le tourisme responsable d’après la crise Covid19 et surtout face à une crise économique mondiale sans précédent. 

 

Engagé en faveur du Développement durable et de la transition écologique avec Planète Barrière, un vrai exemple pour les engagements en faveur d'un développement durable, le groupe Barrière annonçait déjà en 2019 de multiplier les partenariats et actions responsables. Une collecte de bouchons sera organisée au profit de l’association Les Bouchons d’Amour, partenaire du groupe depuis 2001, ainsi que d’autres associations de recyclage de bouchons, sélectionnées localement par les établissements Barrière partout en France. Les Tables Barrière proposent un menu aussi responsable que savoureux, en partenariat avec l’association Bon Pour Le Climat. Cuisiné à partir de produits locaux, respectant la saisonnalité et privilégiant le végétal afin de réduire l'empreinte carbone, il a pour objectif de démontrer que l’on peut changer ses pratiques alimentaires sans rien sacrifier en goût et en saveurs. 

« Au quotidien, ce sont tous les collaborateurs du groupe qui prennent part à Planète Barrière par des actions innovantes : actions locales de solidarité (pompiers volontaires de Ribeauvillé, vendanges solidaires Barrière, développement de ruches sur les toits...) » déclarait dans un communiqué de presse le Groupe Barrière. 

En plus, les beaux villages français comme Saint – Paer (www.saintpaer76.com) près de Gisors ou bien l’élevage d’alpagas unique  en Ile-de-France (www.elevagedufontenelle.com) sont aujourd'hui perçus comme des véritables pépites inestimables du tourisme français de qualité, authentique, à moins de 100 km de Paris et prochainement ouverts au « monde d’après ». 

 

Tout comme un marées sur les belles plages de Pourville ou se mélangent tout en respectant les consignes de distanciation à la fois les amateurs des coquillages, les touristes venus d’un périmètre à 100 km (condition encore d’actualité avant le 2 juin comme annoncé par le Premier Ministre France cette semaine) et les locaux … les vagues de la solidarité, de la responsabilité avancent lentement mais avec certitude et seront adoptés par presque chacun comme une évidence et un gage de résilience. 

 

Dans l’air presque d’été d’un littoral normand de début de juin 2020, de début du "monde d’après", les pieds presque dans le sable généreux sur cette plage de Pourville, un restaurant-terrasse Les régates (www.lesregattes.fr) continue un service de qualité (à emporter) avec fierté, responsabilité et semble prête comme toute la France, la tête haute, un sourire sincère au lèvre tout comme celui du jeune mais fiable co-gérant Hugo qui sait comprendre et respecter ses clients, ses employés et la chance de pouvoir continuer l’aventure entrepreneuriale dans ce "tourisme du monde d'après". 

 

… et si c’était aussi cela le nouveau tourisme de luxe de ce « monde d’après » capable à étre partagé par tous et partout : ces rencontres des personnes confiantes, dignes et prêtes à nous servir le gout de la liberté d’ailleurs, comme un plateau des savoureuses fruits de mer sur belles plages francaises … ces acteurs locaux du tourisme qui nous rendent meme fiers d’être leurs clients car ainsi, à notre tour, nous servons et honorons l’effort et la confiance dans tout un réseau qui alimente chaque jour, et malgré cette crise mondiale sans précédent, la qualité, l’authenticité :  cees pécheurs, es commerçants, ses artisans locaux …