interviews21

EDITION 2020 

Visionnaires du 21ème siècle

Archives recentes INTERVIEW FRANCOPHONE

January 30, 2020

"Vous pouvez trouver et citer à votre convenance et gratuitement les Interviews récentes du petit journal européen Interview Francophone qui offre les fruits de son travail à la presse locale de plus de 40 pays dans le but de faire partager le capital savoir des personnalités qu'on a le privilège d'interviewer et qui pourraient inspirer les générations du 21ème siècle." Ingrid Vaileanu, rédactrice en chef, Interview Francophone 

(www.interviewfrancophone.net; news@interviewfrancophone.net )

« The Luxury value in the AI era. A New Quality Growth Paradigm is born! “

April 07, 2020

Une nouvelle publication scientifique « Rethinking Luxury Business » (Market & Organisations) est sortie en 2020, Editions l'Harmattan.

Parmi ses articles sélectionnés avec Comité de lecture (ouvrage de 246 pages) il y a l'article        « The Luxury value in the AI era. A New Quality Growth Paradigm is born! “ qui anticipe les évolutions (accélérées notamment comme solutions de sortie de crise Covid19) à la fois du modèle économique, d'innovation et de valorisation dans nos sociétés renouvelées intégrant un nouveau paradigme de croissance grace en outre à la nouvelle valorisation de la qualité inspirée par le business modèle du luxe tout en faisant évoluer le modèle et les outils de qualification de la VALEUR par un processus collaboratif innovant (la start-up française Xvaluator - brevet - certificat d'utilité 2019) pour "objectiver au maximum tout un intégrant tous les avis en temps réel et continu" (ce qui complète la Théorie d'Arrow). 

Face à Covid19 La Poste riposte!

April 07, 2020

Mercredi 8 avril 2020, le bureau de la commission des affaires économiques et le bureau de la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat ont auditionné M. Philippe WAHL, président-directeur général de La Poste, pour faire le point sur l’incidence de la crise du Covid-19 sur l’activité des services postaux et bancaires, dans le cadre du respect, par le groupe, de ses obligations de service public. Tout en saluant l’engagement des postiers, les sénateurs ont fait part au président-directeur général des nombreuses remontées de terrain qui reflètent le mécontentement des clients, des élus et de la population. Ils ont souligné un sentiment grandissant de fracture territoriale dans l’accès aux services postaux et bancaires et regretté que les territoires ruraux aient été délaissés dans l’organisation de la continuité des services de La Poste, cette dernière ayant assuré en priorité l’ouverture des bureaux des grands espaces urbains au détriment des petites centralités. En conséquence, les sénateurs des deux commissions ont appelé La Poste à faire davantage d’efforts pour rouvrir le maximum de bureaux de postes, en priorité dans les zones les plus fragiles, rurales ou « Quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) », en concertation avec les élus locaux et en préservant la santé des postiers. M. WAHL a annoncé qu’à la fin de la semaine, 2 500 bureaux de postes seraient ouverts, et 5 000 à la fin du mois d’avril. Il a également souligné que contrairement à d’autres postes européennes, l’entreprise a fait le choix de limiter le nombre de bureaux ouverts mais avec une amplitude horaire importante plutôt que d’ouvrir un maximum de bureaux mais selon des horaires d’ouverture limités à trois heures. Répondant aux critiques, il a affirmé que « le rural sera une priorité très importante de notre dispositif ». Il a sollicité les maires, en relation avec l’AMF, pour la réouverture concertée des bureaux de poste communaux et éventuellement pour que des solutions de garde d’enfants soient proposées pour le personnel de La Poste, une large part de l’absentéisme des postiers y étant liée.

« Cette audition nous a permis de mieux comprendre les difficultés rencontrées par La Poste. Nous saluons la mobilisation des postiers. M. WAHL nous a annoncé des éléments positifs, laissant augurer d’une véritable amélioration du service. Une fois la crise passée, il ne faudra pas s’interdire d’en tirer les leçons. Nous appelons La Poste à réfléchir à un plan de continuité de l’activité permettant de mieux répondre aux besoins prioritaires des populations les plus fragiles et ce, en lien avec leurs principaux partenaires sur le territoire : les élus de la République. Ces évènements mettent également en évidence qu’aucune autre entreprise ne dispose d’un réseau aussi puissant de desserte de tous les territoires, en proximité des français. C’est un enseignement pour la sortie de crise. » a déclaré la présidente de la commission des affaires économiques, Sophie PRIMAS.

Les sénateurs ont évoqué leurs interventions pour que la presse soit distribuée plus régulièrement, et non pas trois jours d’affilée, afin que tous nos concitoyens aient accès à l’information. La distribution de la presse devrait être rétablie quatre jours par semaine et de nouveau assurée sur cinq jours la semaine du 20 avril. La question de la distribution du courrier a également été évoquée, le choix de recourir à trois jours successifs posant des problèmes aux entreprises et aux particuliers. Après la sécurisation de la santé de leurs salariés, la priorité a d’abord été donnée, selon M. WAHL, à l’accès aux espèces et en premier lieu au versement des prestations sociales en fin de semaine dernière. Sur ce sujet également, les sénateurs ont regretté une insuffisante prise en compte des assurés fragiles résidant dans les territoires ruraux. Sur les activités ne faisant pas partie de ses missions de service public, le président WAHL a rappelé que la décision a été prise de maintenir la distribution de médicaments six jours sur sept et de rendre gratuit le service « Veiller sur mes parents ». S’agissant du colis, interrogé sur la distinction entre les colis essentiels et non essentiels, le président de La Poste a affirmé : « je ne ferai pas la morale des colis », et rappelé que le service, bien que dégradé, est toujours actif, selon des modalités adaptées (« sans contact »).

 

Interrogé sur la polémique naissante sur le « stock caché » de masques, M. WAHL a répondu que « les masques n’ont jamais été cachés et font partie du stock normal d’une entreprise stratégique. Les syndicats sont au courant depuis janvier. Nous avons cherché à réagir en protégeant nos postiers et nos clients dans une situation sans précédent. » Il a également précisé que ces stocks ont été partagés avec d’autres services publics.

 

« La crise actuelle démontre une nouvelle fois le rôle essentiel de La Poste pour la cohésion des territoires. Le Sénat a toujours porté une attention particulière à la densité du maillage territorial et à la consistance des obligations de service public du groupe. Les décisions de fermeture de bureaux de poste, prises sans concertation avec les élus et les citoyens, sont regrettables et ont été mal perçues. Le sujet de l’accessibilité bancaire demeure très préoccupant, notamment dans les territoires ruraux où certains maires doivent parfois avancer des espèces à leurs administrés en cas de fermeture des distributeurs et guichets, ce qui n’est pas acceptable. Les territoires ruraux doivent être traités avec beaucoup plus d’attention ». a déclaré le président de la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable, Hervé MAUREY. 

Immunoglobulines hyperimmunes anti–SARS-CoV-2, un choix stratégique urgent

April 08, 2020

« Aucun traitement antiviral n'a à l'heure actuelle clairement démontré son efficacité dans le traitement du COVID-19. L'amélioration spontanée chez la plupart des malades traduit la réponse immunitaire protectrice, liée en particulier aux anticorps neutralisants. La sérothérapie, dont le principe est très ancien, a été utilisée dans les épidémies récentes par les virus Chikungunya, Ebola mais aussi SARS-CoV-1, MERS-CoV et A/H1N1. Dans le COVID-19, deux publications préliminaires portant l'une sur 10 patients [1], l'autre sur 5 patients [2], ont montré que l'utilisation de plasmas de patients convalescents était bien tolérée et pouvait améliorer l'évolution clinique de formes graves du COVID-19 en neutralisant la charge virale et en diminuant rapidement la CRP. Aussi, même si l'interprétation de ces résultats préliminaires est discutable en l'absence de groupe témoin et en raison de la très petite taille des effectifs, la Food and Drug Administration a récemment approuvé le principe de ce traitement et de nombreux essais ont débuté ou vont débuter aux États-Unis et en France pour en évaluer les bénéfices et les risques.
Si l'utilisation du plasma total permet de répondre en urgence à des situations cliniques préoccupantes, elle  présente cependant un certain nombre d'inconvénients : la nature, le titre et le pouvoir neutralisant des anticorps sont très variables d'un donneur à l'autre. De plus, les risques liés à la présence de citrate, au volume perfusé chez des patients fragiles, à la possible transmission d'agents infectieux et au transfert de molécules pro-inflammatoires ne sont pas négligeables. L'Académie nationale de médecine recommande de constituer dès à présent des pools de plasmas prélevés chez des sujets immunisés (convalescents, ou guéris), ayant des titres d'anticorps élevés,  afin de préparer des immunoglobulines hyperimmunes (IGHI) dans les règles de l'art. Pour l’Académie les avantages sont évidents : risque de transmission virale réduit grâce aux procédés d'inactivation, meilleure qualification du produit, amélioration de la qualité scientifique et du niveau de preuve des études qui seront menées du fait de la standardisation des lots, apport d'immunoglobulines antipneumococciques et antigrippales chez des sujets à risque de surinfection. « La France a les moyens scientifiques et industriels pour initier au plus vite des essais thérapeutiques et un programme de production qui pourrait avoir un impact rapide et important dans le traitement et la prévention de cette infection.  C'est une urgence car la production industrielle et la mise sur le marché d'anticorps monoclonaux recombinants, nécessaires pour l'avenir, nécessiteront plus de temps. » a précisé l’Académie de médecine dans un communiqué. 

Le Port du masque dans la crise du Covid-19 : un devoir citoyen et altruiste

March 29, 2020

Afin d’apporter leur contribution à la résolution de l’épidémie de COVID-19, les membres du bureau des élèves de la promotion 1981 de l’École Polytechnique (Kès 81) ont effectué une analyse de la situation comparée de l’évolution de l’épidémie dans différents pays en fonction du taux de port de masque. Cette analyse n’a pas vocation à se substituer à des études scientifiques mais ses résultats sont suffisamment probants pour ne pas laisser sans réaction1.

Cette analyse et les recommandations qui suivent sont celles des auteurs signataires de ce rapport et n’engagent en rien le reste de la promotion ou ses entités représentatives. Elle appelle à être enrichie sur un mode « open source ». Les pays dont le port du masque a été généralisé pour des raisons culturelles ou réglementaires ne connaissent pas de croissance exponentielle de la pandémie. Pourtant, ces pays ont adopté des politiques différentes dans les domaines des tests, du confinement ou de la fermeture des frontières. Ils ont aussi des systèmes de santé ou des pratiques hygiéniques différents.

 

« L’hypothèse que le port généralisé du masque (ou de tout moyen de limitation de la transmission du virus par gouttelettes et du risque de contact main bouche et nez) réduit de manière significative la vitesse de propagation de l’épidémie apparaît donc comme extrêmement probable. Sa contribution au ralentissement de la pandémie pourrait être du même ordre que le confinement. Le but premier d’une politique de port généralisé n’est donc pas uniquement de protéger l’individu comme dans le cas du masque en milieu médical mais de réduire le taux de réplication R0 et de le ramener de 3 aux environ de 1.Cette hypothèse est d’ailleurs partagée par de nombreux spécialistes en Asie par exemple en Chine ou en Corée du Sud.

 

En conséquence, nous recommandons trois actions à engager sans attendre :

1.    Inciter puis rendre obligatoire pour toute sortie le port de masques faits maison ou écrans anti postillons (EAP) compte tenu de l’insuffisance de masques certifiés

2.    Investir dans la production nationale de masques pour compléter les mesures prises par les pouvoirs publics (importations en cours) comme l’a fait la Chine en mettant son industrie à contribution.

3.    Confirmer par une étude scientifique les conclusions précédentes afin de cibler les mesures les plus efficaces. » 

 

L’analyse a consisté à mesurer le taux de reproduction de la maladie dans ces pays puis à le comparer avec un calcul fait sur la base du port observé et de l’efficacité publiée des masques.

Cette analyse montre que les résultats observés et calculés sont proches et établit donc un lien de corrélation. Compte tenu de l’important écart entre les taux de réplication des pays à masque (autour de 1) et sans masque (autour de 3), la probabilité est forte qu’il y ait causalité. » a expliqué Laurent Chaudron, l’un des plus apprécié expert IA en Europe et membre de la Kès 81 (qui regroupe aussi d’autres membres comme Nicolas Cheimanoff, Laurence Chevet, Guillaume Gerondeau, Olivier Jousselin, Nicolas de Kouchkovsky, Jean-Baptiste Renard, François Steiner) : https://sites.google.com/view/masques

Face à la crise Covid-19, les entreprises et les citoyens tissent des valeurs communes

April 05, 2020

Agnès Pannier-Runacher salue la mobilisation de la filière textile pour développer la production de surblouses lavables à destination des soignants. Pour pallier les tensions d’approvisionnement concernant les surblouses jetables utilisées par les soignants dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, la filière textile française se mobilise pour développer la production d’un modèle de surblouse lavable, à l’appel de la Direction générale des entreprises (DGE) sous l’égide d’Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances. Ces surblouses sont destinées à protéger les tenues professionnelles des personnels soignants. L’Institut français du textile et de l’habillement (IFHT) a ainsi défini, en lien avec le ministère de la Santé et des Solidarités et l’Union française des industries mode et de l’habillement (UFIMH), les éléments techniques (patron simple limitant le temps de confection et le coût, recommandations sur les tissus utilisables, guide d’utilisation et de mise sur le marché) nécessaires à la mise en production rapide de ce nouveau modèle. En parallèle, le Comité stratégique de filière (CSF) « Mode et Luxe », a lancé un site internet (www.csfmodeluxe-masques.com), développé et animé par les équipes du « Slip français », permettant de mettre en relation directe les fournisseurs de tissus, les confectionneurs et les acheteurs. Dans un premier temps, les besoins des établissements de santé seront traités en priorité. Ce dispositif vise à permettre une production rapide et assurer une mise en relation simplifiée entre les établissements de santé et les confectionneurs. 

 

LVMH a décidé de produire du gel hydro-alcoolique pour les hôpitaux français en consacrant une partie de ses ressources face à la pénurie pendant et pour lutter contre la pandémie coronavirus. Trois de ses usines de produits cosmétiques ont été mobilisé pour produire du gel hydro-alcoolique (plutôt que des parfums Dior, Guerlain ou Bulgari) en quantité et pouvoir le distribuer gratuitement aux hôpitaux français, rapporte l’AFP ce dimanche 15 mars.

Le directeur des Hôpitaux de Paris, Martin Hirsch, a tenu à remercier LVMH pour sa prompte initiative. Les établissements sanitaires de la capitale ne connaissent pas pour le moment de pénurie de gel hydro-alcoolique mais un porte-parole des Hôpitaux de Paris a expliqué à l’AFP que les réserves étaient “limitées”.

 

Depuis début mars l’industrie de la mode et du luxe se mobilise. De LVMH à L’Oréal en passant par Dolce & Gabbana ainsi que par les petits façonniers français, l’heure est à l’entraide pour apporter sa pierre à la lutte contre le Coronavirus. Et pour les équipes de ces secteurs fortement touchés par la crise sanitaire, ces actions concretes font aussi du bien au moral : Fabrication de gel hydroalcoolique dans les usines de parfum du groupe LVMH, ici Dior (LVMH) ; Le groupe de luxe LVMH va offrir 10 millions de masques en France, d’une valeur de 5 M€, tandis que Bouygues va en donner 1 million de masques. Une validation qu’attend l’entreprise Les Tissages de Charlieu, qui a annoncé lundi se mobiliser pour produire jusqu’à 100 000 masques de protection lavables par jour de manière automatisée et vouloir partager son prototype. Dans le Nord, c’est l’atelier roubaisien « Plateau Fertile », un lieu de co-création pour les jeunes pousses du textile, qui pourrait contribuer à cet effort.

« Toutes les entreprises du Grand Ouest – on est environ 70 façonniers- ont proposé leur aide. On attend maintenant de savoir à la fin de la semaine quelles seront les entreprises homologuées pour pouvoir commencer la production. Je pense qu’on pourra en sortit environ 400 000 à 500 000 par semaine » assure Sylvie Chailloux, présidente du groupement professionnel Mode Grand Ouest.

Le Président du Sénat Gérard Larcher pour une Europe plus solidaire face à Covid-19

April 06, 2020

Le Président du Sénat français a co-signé, avec des présidents d’assemblées de six autres pays européens, un appel à l’Union européenne « à remédier aux conséquences les plus dramatiques » de l’épidémie de Coronavirus. 

« La gravité de la situation implique, dans un esprit de solidarité qui est au fondement de l’intégration européenne, une mobilisation sans précédent des ressources, en particulier dans la zone euro », ont tenu à souligner les présidents de Parlements, dans une lettre adressée au Président du Conseil européen, à la Présidente de la Commission européenne, au Président du Parlement européen, à la Présidente de la Banque centrale européenne et au Président de l’Eurogroupe. Pour ce faire, le Président Larcher et ses homologues présidents d’assemblées recommandent d’explorer la faisabilité et l’opportunité de toutes les solutions pouvant être appliquées, et notamment l’instauration par l’Union européenne d’un « instrument financier ou d’un fonds de solidarité en capacité de lever des ressources et d’effectuer des investissements au bénéfice de tous les États membres ».

 

« Nous sommes dans l’obligation de démontrer que l’Union européenne et l’ensemble de ses Etats membres sont déterminés à fournir une réponse concrète et rapide aux attentes et aux besoins de nos peuples », dans des circonstances si difficiles qui font tant de victimes, sapent les fondements de nos économies, « minent la solidité même de nos démocraties » et de nos « modèles de société ».

 

Les présidents des assemblées signataires de la lettre ont également appelé à un renforcement de « la souveraineté industrielle européenne afin de produire les biens et matériels indispensables dans le domaine de la santé publique », ainsi que des « mécanismes de solidarité » pour mieux affronter à l’avenir les pandémies. Ils demandent à l’Union européenne d’engager un « dialogue franc avec des pays non‑membres de l’Union » dans le but de promouvoir partout « la sécurité alimentaire et des normes sanitaires exigeantes », à l’image de celles en vigueur au sein de l’Union, afin de prévenir l’émergence de nouvelles pandémies. Les présidents d’assemblées co-signataires de la lettre sont, outre le Président du Sénat français, les Présidents du Congrès des députés et du Sénat espagnols, du Parlement grec, de la Chambre des députés et du Sénat italiens, de la Chambre des députés du Luxembourg, de l’Assemblée de la République du Portugal, de l’Assemblée nationale et du Conseil national de Slovénie.

La France essaie d’agit fort

April 02, 2020

"Cette crise est globale : aucun pays n’est épargné, le virus ne connaît pas de frontières.  

Les chaînes de production sont totalement imbriquées et nous dépendons tous les uns des autres. Parce que la croissance était globale hier, la crise économique sera globale demain. 

Cette crise enfin est durable : elle touche de plein fouet l’Europe, après la Chine et avant les Etats-Unis.  Le redressement économique en Europe et dans le monde sera donc long, difficile et coûteux. Il n’y aura pas de miracle, il n’y aura que des efforts à fournir :

-    des efforts économiques pour financer cette relance ;

-    des efforts de solidarité, en particulier entre les nations européennes ;

-    et des efforts d’imagination pour construire le monde d’après.

Face à cette crise, la France a agi vite et fort.

Dès le 6 mars, j’ai proposé au président de la République un plan d’urgence économique qui est désormais mis en œuvre sous l’autorité du Premier ministre.  

En activant l’escape clause, la présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, a pris la bonne décision. Elle nous permet de nous libérer des règles du pacte de croissance et de stabilité.  

•    Les 750 milliards d'euros de la Banque Centrale Européenne étaient une bonne décision.

•    La levée des contraintes sur les aides d’Etat est une bonne décision.

C’est pourquoi la France a proposé de créer un fonds européen temporaire et exceptionnel dédié à aider tous les pays européens à se relancer de manière coordonnée.  Ce fonds aura un objectif stratégique : coordonner les mesures économiques qui seront nécessaires pour relancer l’économie européenne une fois la crise sanitaire derrière nous. Ce fonds pourrait émettre des obligations avec plusieurs garanties communes à tous les Etats membres. Ce fonds pourrait être géré par la Commission européenne et financerait des programmes dédiés pour renforcer les systèmes de santé et relancer l’économie." a expliqué le Ministre Bruno le Maire.  

Ces entrepreneurs innovants qui fournissent des masques !

April 03, 2020

Certains des mentors et mentorés du fameux réseau de mentorat MOOVJEE travaillent depuis de longues années avec la Chine. Ils ont été contactés par leurs fournisseurs qui leur ont proposé des masques, des thermomètres frontaux, gels, respirateurs…

Adrien Deslous-Paoli, fondateur de la société De Rigueur, un bureau d’innovation produit. A fait parvenir des masques chirurgicales gratuitement à ceux qui en ont cruellement besoin, après avoir validé avec des organismes officiels comme Bureau Veritas (France), NTEK (Chine) et ENTECERMA (Italie) leur conformité. Il en offre 2 000 à un médecin à Hyères qui s’organise avec ses collègues, 2 000 à la clinique où travaille sa cousine à Grenoble, 2 000 à un médecin de Toulouse, 2 000 à la pharmacie en bas de chez sa mère à Lyon, et 2 000 à son père médecin pour ses collègues, ainsi qu’une demande de 10 000 de la région Auvergne Rhône-Alpes. Depuis 10 jours c’est une chaîne de fabrication, contrôle en usine, logistique qui s’est mise en place avec pour l’heure environ 2M de masques commandés, en production ou livrés. Et puis il découvre que son transporteur a multiplié par 3 ses tarifs en l’espace de quelques jours… Première opération carrément à perte pour Adrien ! Mais l’objectif reste de répondre aux demandes rapidement et en toute transparence pour lutter contre la crise.

Un autre exemple, Stéphane Bohbot, mentor et fondateur de plusieurs entreprises dont la dernière Innov8. Suite au décret du gouvernement (Décret n° 2020-281 du 20 mars 2020) autorisant l’importation de masques aux entreprises, Innov8 été sollicité par le gouvernement pour répondre à des besoins d’approvisionnements en masques. Ils ont donc mobilisé très rapidement leurs structures localisées à Shenzhen et Hong Kong leur permettant de qualifier et de garantir le processus de fabrication et d’import de ces produits. Innov8 est actuellement en capacité d’alimenter une chaine de distribution de produits certifiés EN 149 : 2001, FFP1 et FFP2/N95 avec une capacité d’1 million d’unités par semaine dès la première semaine d’avril.

FONDATION GROUPE EDF : CREATION D’UN FONDS D’URGENCE ET DE SOLIDARITE COVID-19

March 29, 2020

A l’occasion d’un Conseil d’Administration extraordinaire de la Fondation groupe EDF, réuni ce 31 mars sous la présidence de Jean-Bernard Lévy, Président directeur général du Groupe EDF et Président de la Fondation, le Conseil a voté la création d’un Fonds d’Urgence et de Solidarité d’un montant de 2 millions d’euros pour faire face à la crise sanitaire et sociale du Covid-19. Ce fonds agira en France et à l’international en consacrant 1 million d’euros pour l’aide d’urgence au personnel soignant et aux plus démunis, ainsi qu’1 million d’euros en faveur des plus démunis à l’issue de la crise sanitaire. 

 

FONDS D’URGENCE ET DE SOLIDARITE COVID-19

 

Les actions de la Fondation groupe EDF s’inscrivent dans trois domaines correspondant aux urgences climatique, sociale et démocratique. Engagée en faveur de l’inclusion, la Fondation groupe EDF soutient des projets ayant un impact direct pour les bénéficiaires, victimes de la précarité. 

Face au virus Covid-19, les personnes sans-abris et en situation de grande précarité sont aussi les plus fragiles pour lutter contre la maladie et font face à un dénuement exacerbé et à une vulnérabilité accrue. 

La Fondation groupe EDF soutient aussi le personnel mobilisé en première ligne dans la lutte contre le virus, par l’apport de services de proximité et de matériel d’hygiène et de protection en France et à l’international. 

Dans le cadre de son Fonds d’Urgence et de Solidarité, la Fondation groupe EDF s’est d’ores et déjà mobilisée auprès de :

•    Fondation Abbé Pierre : avec un don de 100 000 euros pour soutenir la distribution de tickets-service auprès des publics très précaires, leur permettant d’acheter les denrées alimentaires et biens de première nécessité dans tous les magasins ouverts.

•    Fondation Break Poverty:  avec un don de 50 000 euros qui permettra d’équiper plus de 200 jeunes défavorisés en ordinateurs afin qu’ils puissent se connecter à l’école à distance pour suivre leurs études à la maison

•    Fondation des hôpitaux de Paris – Hôpitaux de France : avec un don de 60 000 euros, pour l’opération « un bon repas pour bien soigner » qui propose des repas de qualité pour le personnel soignant. La Fondation groupe EDF propose aux salariés du Groupe qui le souhaitent, de soutenir cette initiative en ligne par un don en euros sur https://don.fondationhopitaux.fr/.

•    L’Unicef au Cameroun:  avec un don de 100 000 euros pour la fourniture de kits mobiles d’hygiène aux familles vulnérables et au personnel de santé au Cameroun pour répondre à l’urgence de la crise sanitaire. 

Les nombres et la nature des projets soutenus dans le cadre du Fonds d’Urgence et de Solidarité sont amenés à s’implémenter selon l’évolution et les besoins liés à la crise sanitaire et sociale du Covid-19. 

« En ces temps de crise sanitaire et sociale, ce Fonds d’Urgence et de Solidarité s’inscrit dans l’ADN du Groupe EDF qui aujourd’hui assure la continuité de service pour répondre à ses missions de fournisseur d’électricité et dans l’élan impulsé par le nouveau mandat et les combats de la Fondation en faveur des territoires solidaires » a ajouté Jean-Bernard Levy dans un communiqué à la presse. 

1 / 6

Please reload